Le pied à Neuch, les retrouvailles, un festival et des sorties… du 15 au 30 juin 2017

Le départ de Blonay se fait assez tôt le matin. L’objectif pour aujourd’hui, c’est de débarquer chez les membres de notre famille pour leur faire la surprise. Ils ne savent pas que c’est aujourd’hui que nous arrivons, et nous allons essayer de les retrouver sans connaitre leur emploi du temps. Notre premier essai et infructueux. Ma maman n’est pas là, alors nous allons chez mon papa. Celui-ci n’est pas là non plus et nous l’appelons pour essayer de savoir où ils se trouvent, prétextant que nous l’appelons pour organiser le retour du samedi. Nous découvrons qu’il se trouve au bord du lac à Marin, démarrons Rhino et nous rendons là-bas. Mais entre-temps, il est déjà reparti et ne le trouvons pas. Tant pis, nous retournons chez ma maman, et elle est de retour. Les enfants sonnent, elle ouvre et n’en revient pas. Nous passons un peu plus d’une heure chez elle et attendons le retour de Grand-papi, que les enfants espéraient voir également. Nous repartons pour continuer nos retrouvailles avec mon papa. Cette fois, lui aussi, est à la maison. La surprise est tout aussi grande et son plaisir de nous retrouver ne se cache pas. Nous avons la chance, chez lui, de voir l’ensemble de notre voyage sur sa map monde punaisée par notre trajet, une belle vue d’ensemble ! Nous enchainons avec la rencontre de la maman de Claire, et celle-ci sera assez rigolote puisque nous arrivons pile poil au même moment qu’elle à sa maison. Du coup, entendant sa voiture arriver, nous nous cachons et attendons qu’elle parque dans son garage. Et au coin de celui-ci, nous attendons qu’elle sorte pour la surprendre… heureusement qu’elle n’est pas cardiaque, émotions garanties. Puis, il nous reste encore une destination pour aujourd’hui et c’est chez ma sœur. Nous avons appris, dans l’après-midi, que mon papa s’y rendait pour souper. Nous avons profité de l’occasion pour surprendre Vanessa et les siens, en faisant aussi un petit tour chez le parrain de Jimmy habitant le même village. Notre neveux, ma sœur, Cédric et Alain ne s’y attendaient pas, et ma sœur de lâcher une larme face à ces retrouvailles, la grande sœur J !

Nous sommes bien contents de cette journée et ravi des airs surpris que nous avons trouvé face à notre arrivée… Le vendredi, nous profitons de la journée pour atterrir tranquillement, prendre certains repères et nous préparer pour le week-end. C’est que les enfants seront dispatchés dans notre famille pour que nous puissions nous rendre à Festi’Neuch, le festival de musique du bord du lac. Nous profitons aussi, lors de cette journée, de prendre quelques repères dans notre futur « chez nous », là où nous emménagerons après que les rénovations seront faites. Et un constat vient assez rapidement : « avec une vue pareil, on se dit qu’on sera quand même bien là-haut ! »

Samedi, alors que les enfants passent tous des moments privilégier avec leurs grand-parents, parrain, Claire et moi nous rendons au Bordu, pour passer ce moment qu’on attendait, redécouvrir un Fasti’Neuch que nous n’avions plus vu depuis 4 ans… et quelle surprise à notre arrivée. Le site est devenu bien plus grand, il y a beaucoup plus de stands, mais l’ambiance y est toujours aussi bonne et la météo de cette année est juste exceptionnelle est offre une situation, un coup d’œil génialissime sur le lac. Nous partagerons principalement cette soirée avec Annick et Mica, Jannis le frère de Claire et Elodie. Nous croiserons un tas de monde avec qui nous échangerons, en faisant ainsi une soirée de retour réussie avec des concerts excellent de Junior Tshaka, Stephane Eicher et Damian Marley !

La semaine suivante, notre première en Suisse comme officiellement de retour sera très mouvementée… C’est qu’il y a un tas de choses qui se mettent en place dans un cas comme celui-ci. Il y a tout d’abord le logement ; et pour nous cela rime avec trois mois de travaux qui vont commencer début juillet, des travaux que Claire et moi allons gérer dans la maison de belle-maman. Il y a aussi, dans un délai bien plus proche, notre « fête de retour », où nous devrions recevoir une cinquantaine de personnes. Puis finalement, j’ai toujours ces offres d’emploi qui me pendent au nez, ces entreprises de recrutement et de constructions qui attendent mon CV. Mais allons tout d’abord par étape. Pour les travaux de l’appartement, nous rencontrons les entreprises le mercredi matin lors d’une séance dans la bonne humeur, chaque entreprise semblant vouloir jouer le jeu d’une réalisation en adéquation avec nos désirs et nos délais. Ensuite, pour la fête, Claire gère à peu près tout, de la vaisselle récupérable aux décorations en passant par les glaçons pour le Mojito et les grillades. Elle organise tout et me laisse du temps pour contacter les diverses entreprises. CV envoyés, j’ai déjà deux entretiens pour cette semaine. Le premier se fait par téléphone le jeudi, une semaine tout juste après notre retour, est assez concluant et ils souhaitent me voir la semaine prochaine. Le deuxième, en entreprise de recrutement, j’irai les voir vendredi pour définir mes envies. Les choses se mettent en place sur les chapeaux de roues !

Durant cette semaine, Amélie a également réalisé un stage dans l’école Montessori de Neuchâtel. Cela semble avoir été une expérience bien plus positive que sa scolarisation en école publique l’année dernière.

Vendredi, nous mettons tous la main à la pâte pour préparer cette fête du samedi. C’est que nous nous réjouissons terriblement de recevoir les gens invités. Il y a nos amis proches, la famille, mais aussi de nouvelles connaissances, on pense à Elo notamment ainsi que les Alegre, puis ceux que l’on connait depuis si longtemps mais qu’on n’a pas eu tant l’occasion de voir, comme Michel et Marie-Jo ou encore les Lavanchy. Claire a décidé de mettre les petits plats dans les grands et de mettre les moyens techniques pour que cette fête soit réussie. Toile d’ombre, tables et bancs, vaisselle de fête lavable, Mojito et j’en passe ! Nous passons une bonne partie du vendredi et du samedi en mode « préparation ». Et le résultat est nickel, tout comme la journée elle-même. Les convives nous font le plaisir de venir dans une humeur des plus joyeuses… c’est pour nous l’occasion de transiter en douceur et avec plaisir vers cette fin de voyage. Comme nous l’avions fait lors d’un week-end mémorable pour notre départ, nous reproduisons ce jalon mais à l’arrivée, marquant un moment de transition entre vie nomade et vie sédentaire. Nous ne sommes pas prêts, clairement, à tout mettre en arrière pour revenir à une vie standard à l’occidentale, et j’espère que nous n’y arriverons jamais, mais cette soirée nous fait ressentir exactement ce pour quoi nous revenons avec plaisir chez nous ; en ayant autant de gens autour de nous, la vie est belle et nous nous sentons bien. Nous aimons être en bonne compagnie et notre entourage nous satisfait en ce sens. Cette fête de retour, c’est l’occasion aussi de fêter le premier anniversaire ici, celui d’Amélie qui se retrouve recouverte de cadeau, dont un vélo, son tout premier ! Puis la soirée se finira entre potes, vers 4h du matin, en refaisant le monde comme avant, dans des théories de fin de soirée… Bref, une fête mémorable et réussie.

 

Des nouvelles après l’opération. 13 octobre 2016

Voici maintenant presque un mois que nous avons interrompu notre voyage, parfois avec déception, mais parfois sans ! Bizarre non comme sentiment ? Il faut dire que depuis notre retour ici, en Suisse, dans notre famille et vers nos amis, il y a un tas de choses qui se passent.

Pour les enfants tout d’abord. Soraya et Jimmy, les deux grands, sont tellement enchantés d’être de retour, et il y a de quoi. Depuis un mois, Soraya s’est rendue chez son amie Solène dormir et elle l’a reçue chez nous. Elle a fait des activités avec ses grands-parents, a pu gagner de l’argent en travaillant puis elle a fait une semaine d’atelier de théâtre d’improvisation.

Jimmy, lui, s’est rendu déjà deux fois chez son tonton/parrain pour y passer du temps avec lui et son cousin Ylan dont une fois pour aller jusqu’à Europa Park tout un week-end. Il a aussi pu voir ses grands-parents à de nombreuses reprises et même ses copains Quentin et Vladimir. Lui aussi a fait un atelier de théâtre d’improvisation et a adoré.

Les deux sont absolument autonomes et adorent pouvoir se rendre seuls en ville, sans avoir les vieux sur le dos. C’est aussi ce qui leur plait dans la réintégration de l’école publique. Car c’est aussi un des points qui leur font apprécier le retour en Suisse. Ils sont toute la journée avec des copains et le fait que Papa et Maman ne soit plus les professeurs leur convient parfaitement, même si les journées sont longues.

Quant à Amélie, et bien c’est la seule à ne pas vraiment adorer ce retour. Elle doit aller à l’école, qu’elle n’aime pas vraiment. Elle doit s’endormir parfois seule et cela elle le déteste. En plus, elle ne passe plus toutes ses journées avec papa et maman, alors pour elle le retour en Afrique ne fait aucun doute, même si elle adore passer du temps avec Ulysse, son grand-papa, Mola ou les amis qui viennent à la maison.

Car oui, des amis nous en voyons un tas depuis notre retour ici. Bien que les gens se gênent de venir car ,avec les problèmes de dos que j’ai, ils ont peur de déranger. On a beau répéter qu’il n’y a que les fous qui sont dérangés, en Suisse le dérangement a toujours la même place qu’avant notre départ.
Bref, depuis notre retour, nous avons partagé des tonnes de café en bonne compagnie. Nous avons eu la famille qui s’est déplacée, qui nous a donné des coups de main. Mon papa qui aura fait des tas de trajet pour nous mener aux hôpitaux. Il y a belle-maman qui nous accueille chez elle et qui supporte l’invasion de 5 personnes qui pourrait très bien lui faire tourner la tête (heureusement qu’elle a quelques pièces séparée).

Donc il y a bien de l’agréable dans ce retour ici. Mais il y a d’autres points qui gâchent ces moments. Pour Claire, c’est sans aucun doute la charge de travail. Depuis plusieurs mois, je me répète peut-être, mais c’est bien elle qui doit tout faire. Donc de retour en Suisse, c’est encore elle qui se tape tous les trajets, l’organisation, le maintien du ménage, etc. Pour les enfants, c’est cet entre-deux. On est là, mais on va repartir. Ce n’est pas tant le redépart qui embête, mais plus le fait de ne pas rester, de ne pas pouvoir s’investir totalement dans une activité comme l’escrime (rêve de Jimmy) le théâtre ou autre. Et pour moi, et bien ça fait tout de même 8 semaines que je passe le plus clair de mon temps couché et avec de fortes douleurs jusqu’à mercredi de la semaine passée.

Car finalement, l’opération a eu lieu le 5 octobre… la semaine précédente j’avais eu un appel du secrétariat qui me proposait d’avancer le rdv du 18, puisque la situation était si douloureuse. Et lorsque je me suis présenté chez la neurochirurgienne, entre les images de l’IRM et ses quelques tests, elle m’a proposé une hospitalisation directe. Et depuis, tout se remet gentiment en place. Mercredi matin 2h d’opération, jeudi matin les premiers pas, vendredi les premiers escaliers et samedi déjà de retour à la maison avec des douleurs redescendue à 2/10 alors qu’elles atteignaient 8 à 9 sur 10 avant l’intervention.

Alors quand lundi j’ai pu me rendre pour la première fois en « ville », me balader pour la première fois en un mois dans ce centre historique de cette fantastique ville de Neuchâtel, ce n’était que du bonheur pour moi, pour Claire, pour les enfants. Une situation plus facile pour tous bien que pas encore 100% rétablie. Claire m’a ensuite amenée boire un café après avoir déposé les enfants dans un atelier théâtre d’improvisation.

 img_2060

img_2067

img_2065

img_2077

img_2074

img_2071

img_2070

img_2069 

Donc tout semble se mettre en place pour un départ en Afrique et rejoindre nôtre Rhino pour finir ce tour du monde. Mais ne précipitons rien, laissons-nous le temps de tout bien remettre en ordre.

Et en attendant de repartir, on se réjouit déjà d’accueillir à nouveau tous nos amis à la maison, la famille, mais aussi les « Flamants Migrateurs » ainsi que les « Nomades d’un jour », ces voyageurs qui ont jalonné notre tour du monde lors de magnifiques rencontres. Nous les accueillerons bientôt chez nous pour notre plus grand plaisir.

Et pour tous les autres, sachez que nous sommes ouverts au contact. Si par hasard il y en a parmi vous qui sont dans la préparation d’un tour du monde, que cela touche l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou l’Afrique, nous sommes disponible pour en parler, pour échanger des expériences, et même avec ceux qui l’aurait déjà fait.

Et comme rien n’est encore totalement planifié pour la suite, sachant qu’il nous faudra encore une dizaine de semaines avant de repartir, on vous tiendra au courant de la suite, bien-entendu.

Aller, à bientôt et meilleures salutations !