Antigua, une vie de sédentaire pour apprendre l’espagnol ! Du 9 au 20 février 2015

Depuis le début de notre voyage, une chose était assez certaine concernant Antigua, nous allions y rester pour apprendre l’espagnole. Cette ville, très appréciée par les voyageurs que Claire avait lus, est réputée pour accueillir de nombreux occidentaux venant apprendre cette langue dans une de ses nombreuses écoles.

Durant les deux semaines consacrées aux études de Claire, Soraya et Jimmy, nous avons retrouvé un semblant de vie sédentaire. Des repères aussi bêtes que le fait d’aller faire les courses aux mêmes endroits, d’aller boire un café au même restaurant ou d’aller manger des crêpes à « La Luna De Miel », crêperie succulente tenue par deux français, Edouard et Guillaume. Chez eux, c’est comme à la maison. L’accueil y est génial, le service très bon et les patrons terribles, pas moyens de s’ennuyer avec cette paire ! J’y ai passé pas mal de temps, aussi quand Claire était en cours avec les enfants. Il n’y a pas à faire, quand on s’y sent bien, on y retourne et on fait des apéros… Donc si vous passez à Antigua, allez y manger une crêpes et dites bonjour aux patrons pour nous !

1 creperie (2)

1 creperie (1)

Aussi, le simple fait d’avoir le rythme établi de : Départ à l’école, école, ménage, repas, après-midi d’occupation, et ainsi chaque jour de la semaine. Cela a de bons côtés, d’autres moins. Mais ces deux semaines furent en tous les cas très ressourçante et instructives (pour les 3 étudiants surtout). Petite anecdote ; les enfants ont offert un poisson rouge au directeur de l’école afin que son premier se sente moins seul 😉

2 ECOLE (2)

Et puis, à Antigua, il y a tout ce que vous cherchez, enfin presque. Il y a les shops et services nécessaires à une ville européanisée. Des restaurants suisses, français, chinois, indiens et nous croisons des visages tantôt occidentaux, tantôt locaux ou encore asiatiques. La ville est agréable pour y évoluer à pied. D’ailleurs, tout y est accessible en quelques minutes de marche, maximum 25 pour la traverser.

3 RUES (7)

3 RUES (1)

3 RUES (2)

3 RUES (4)

3 RUES (5)

3 RUES (6)

Aussi, il y a le volcan, qui vous occupe un moment avec ses nombreuses crachées de cendre, venant rendre rugueuse toutes les surfaces de la ville, et de notre Rhino. Nous avons eu la chance d’arriver dans une période de forte activité, nous laissant voir jusqu’à presque 10 crachats par jour.

4 volacnas (2)

Mais il n’y a pas que cela à Antigua. Il y a de la culture, avec parfois des concerts, une bibliothèque pour les enfants comprenant une projection cinéma le samedi, et d’autres petites activités sympathiques. Vous pouvez, également, vous rendre à la finca de aguacate (ferme aux avocats) qui surplombe la ville est vous offre une superbe vue sur les trois volcans entourant Antigua. Nous nous y sommes senti comme à la pinte de pierre-à-bot, pour ceux qui connaissent, avec en plus de la musique live.

5 Finca (1)

5 Finca (2)

5 Finca (3)

Nous avons, aussi, fait la finca de Macadamia. Tenu par des Norvégiens et entièrement organique, cette finca vous accueil avec une visite guidée gratuite, une dégustation de quelques produits de macadamia, puis un massage facial à la crème de macadamia. Vous pouvez ensuite vous rafraichir sur la terrasse à l’ombre des arbres de macadamia. Un très joli coin de nature.

5 Fincamac (1)

Il y a aussi les projets sociaux en pagaille. Le européens se sentant ici comme chez eux, ils y restent facilement pour y habiter une partie de l’année (ou toute) et réalisent des projets d’aide aux personnes nécessitantes, enfants, femmes ou personne avec handicape. Nous avons croché avec celui de Suzan, une hollandaise présente depuis 10 ans. Elle a monté le « projecto de carpinteria ». Elle occupe des enfants de 12 à 15 ans, parfois déscolarisés, par des activités créatrices sur bois. Si l’enfant présente de bonnes dispositions et qu’il n’a d’autres projet d’étude, elle leur offre une formation plus poussée en menuiserie-charpente afin de leur donné de quoi travailler et gagner leur vie. Je développerais ce projet dans le cadre de notre association HAPPY. En tous les cas, ayant fait menuisier en première formation, j’y ai pris beaucoup de plaisir.

6 happy

En s’arrêtant ainsi et en côtoyant beaucoup de locaux, nous avons aussi pu apprendre mieux comment la vie se passe, ici, au Guatemala. Les habitudes, les coutumes et la corruption semblent apparaitre plus concrètement que lors d’un voyage où le bivouac change chaque 2 à 3 jours. L’échange s’installe et les repères se forment. Vous commencez à comprendre et voir certaines ficelles qui relient chacune des habitudes et réactions locales.

Antigua est surtout une ville cosmopolite, où l’échange et les rencontre y sont faciles. Un endroit idéal pour nous, afin d’y obtenir des bases d’espagnol pour les 12 à 16 prochains mois en terre hispanique.

Le lieu de bivouac que propose la ville est idéal. Très proche de tout, calme et avec vue sur le volcan fuego. Malheureusement, je pourrais faire toute une palabre de l’accueil désastreux faite par la police du tourisme, qui a pour obligation d’accueillir les camping-cars sur leur terrain, et sans oublier les nombreuses tentatives pour vous soutirer de l’argent ou des biens en nature, une attitude honteuse. Mais je vais plutôt mettre l’accent sur le plaisir de voir tant de voyageurs passer. Chaque jour de nouvelles arrivées, de nouveaux départs. Chaque jours de nouvelles histoires, de nouvelles rencontres. C’est un point de chute pour tous les voyageurs motorisés, en solitaire, en couple ou en famille. Nous avons spécialement sympathisé avec Jil, voyageur français, qui était en compagnie de son neveu Ryad les premiers jours. Nous avons passé plusieurs soirées en leur compagnie, puis juste avec Jil une fois son neveu reparti. Ses histoires de voyage en Afrique nous ont passionnés pendant de longs échanges. Il y avait aussi Denise, une globetrotteuse allemande. Elle, elle a passé son temps à régler d’innombrables problèmes sur son véhicule. Elle nous a parfois fait mal au cœur à force de voir ses soucis s’accumuler, pour finalement prendre fins en deuxième semaine. Les enfants ont adoré l’avoir comme voisine et cela semblait réciproque. Nous avons également croisé Lionel (qui vient de créer le lien AmNord) avec sa famille, Nelly, Ana et Nils. Combien d’autres que nous ne citons pas mais avec qui nous avons aimé échanger.

7 bivouac (1)

7 bivouac (2)

7 bivouac (3)

7 bivouac (4)

Le jeudi soir de la deuxième semaine, nous nous sommes laissé tenter par une raclette au restaurant « Chez Christophe », un compatriote suisse, du Mont-sur-Lausanne, qui nous aura accueilli comme des rois. Nous y avons mangé cette préparation au fromage guatémaltèque, mais réalisé à la façon suisse, non sans avoir longuement hésité avec les röstis et les spätzli ! Au final, Christophe nous aura amené deux assiettes supplémentaires avec ces deux plats typiquement suisses, en cadeau. Puis, à la fin du repas, nous avons eu droit au digestif… Une liqueur de williamine de chez Morand, mais quel accueil ! Merci à Christophe pour sa cuisine et d’avoir pris le temps de s’installer à notre table pour échanger sur nos vie ! Ah oui, j’oubliais…. au dessert, ce fût merengues à la crème !

8 christphe (1)

8 christphe (2)

8 christphe (3)

Deux semaines géniales qui nous auront aussi permis de souffler un peu, de reprendre des forces, et de se réjouir d’aller voir la suite. Il faut dire que deux semaines sans allumer le moteur de Rhino, ça fait bizarre. Alors maintenant, direction El Salvador !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s