Le retour au paradis. Du 25 au 03 avril 2015

Au lendemain de l’anniversaire de Claire, nous avons quitté la péninsule de Nicoya pour nous rendre à San José, la capitale. Pour ce faire, nous avons pris le ferry entre Paquera et Puntarenas, pour le plus grand plaisir de tous.

1 ferry (1)

1 ferry (2)

1 ferry (3)

La raison pour laquelle nous sommes montés à San José est qu’il s’y trouve le seul garage Iveco des parties Centre et Nord-Américain. En plus, c’est un bon garage, sérieux et compétent avec toutes les pièces nécessaire (enfin presque). Nous avons dès lors fait le service des 40’000Km avec changement des 3 huiles (moteur, boite, pont différentiel). Pour l’huile de pont et de boite, heureusement qu’ils y ont jeté un œil, le garage des USA nous avait mis une mauvaise huile dans chaque et celle du pont avait même finit par mousser… ! Bref, nous avons remis Rhino en forme et régénéré son filtre à particule. Le tout, pris en charge très rapidement, servis comme des rois et pouvant profiter de ce qu’ils ont sur place comme les wc, l’eau, l’électricité et le wifi.

2 garage (1)

2 garage (2)

Le vendredi, nous sommes repartis en direction de la mer, pour rejoindre Herradura. Nous avions prévu de nous y rendre déjà avant que l’on nous dise qu’il s’y trouvait des Aras rouges. Cela n’a fait que confirmer cette destination. Mais avant d’y arriver, nous passons obligatoirement par le pont aux crocodiles de Tarcoles. Ici, sous l’ouvrage, se trouve des crocos à la pelle. Dans l’eau, sous l’eau ou sur la terre ferme…

3 croco

Puis, c’est le moment de se rendre à Herradura. Au moment de bifurquer, de la grande route pour descendre à la mer, se trouve un immense centre commercial à l’américaine, avec absolument tout, même un Apple Store ! Nous avons d’abord eu soucis de l’état de la plage et des hôtels, mais que nenni ! A une extrémité de l’anse, se trouve un immense complexe hôtelier pour riches venant en Hélicoptères ou même en Yacht. Il s’y trouve une marina débordante de bateau de pêche sportive.

4 hotel marina (1)

4 hotel marina (2)

Mais le 85% du reste de l’anse est « sauvage ». Camping sur une bonne partie de sa plage est possible, sur du sable bien tassé. Nous avons trouvé notre emplacement et y sommes resté 5 nuits, 5 nuits dans un petit paradis !

5 bivouac

L’eau y est à 28° et se trouve être propice à de nombreuses heures de jeux et baignade pour petits et grands. Aussi, pas mal d’oiseaux comme des perroquets verts passent régulièrement dans les arbres sur l’arrière de la plage. Mais surtout, ceux qui auront été les vedettes pour nous, ce sont les Aras rouges dont un couple niche juste au bout du chemin carrossable de la plage, dans le trou d’un ceiba. Nous les avons vu voler à plusieurs reprises, puis les avons observé deux ou trois fois lorsqu’ils se posaient sur l’arbre suffisamment longtemps pour s’y rendre. Des moments magiques, remplis de joies et d’excitation, tant pour les parents que les enfants !

6 aras (1)

6 aras (2)

Certainement que nous avons aussi adoré cette endroit car nous y avons fait une belle rencontre, la famille Castagna. Elle voyage avec 3 enfants, 2 jumelles de 12 ans et un garçon de 10 ans, pile-poil pour nos deux grands et surtout enfin un garçon du même âge pour Jimmy ! La rencontre fut des plus agréables, comme si nous retrouvions de vieux amis. Le contact fut facile et l’entente amicale. Les enfants se sont éclatés ensemble alors que les parents ont passé de longs moments d’échanges. Une dernière soirée un peu arrosée aura scellé une amitié naissante mais déjà appréciée !

7 castagna (2)

7 castagna (1)

A la plage, il fait chaud, très chaud ! Nous avons donc décidé de remonter quelques jours à la montagne avant l’arrivée de belle-maman. Nous sommes allés jusqu’à San Gerardo de Dota pour essayer d’y voir les Quetzales. La route pour s’y rendre est assez sinueuse, montant terriblement de 0 à 3100m en l’espace de 80 Km. Puis, il faut redescendre sur San Gerardo, à 2000m, en l’espace de 14km. Et ce n’est pas nos belles courbes suisses calculées par des ingénieurs. Ici, lorsque l’on prend la courbe au milieu et non à l’extérieur, l’essieu de propulsion ne touche plus des deux côtés et ça patine un peu !

Nous n’aurons, finalement, même pas vu de Quetzal. Il faut dire que nous n’avons pas spécialement persévéré car nous avions d’autres envies en tête. Nous avons déjà commencé par nous régaler avec une petite marche de 2h qui nous menait à une belle chute d’eau, et c’est une marche gratuite, assez rare pour le relever.

8 marche (1)

8 marche (2)

8 marche (3)

8 marche (4)

Puis, nous avons repris la route pour préparer l’arrivée de Belle-maman. Nous avions discuté avec le garage Iveco de San José pour retourner chez eux afin d’être prêt de l’aéroport. Nous avons profité de faire du ménage et de la lessive. La semaine sainte battant son plein, peu de services étaient disponibles !

9 iveco

 

Une réflexion sur “Le retour au paradis. Du 25 au 03 avril 2015

  1. La baie impressionnante de La Herradura est devenue, pendant les dernières années, en un important centre d’activités sous – aquatiques. La plage se trouve également dans une zone privilégiée protégée des vents de l’est et d’ouest, car elle est encadrée entre la Punta de la Mona à l’est et le Peñón de Cerro Gordo à l’ouest.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s