Tout ne peut être exceptionnel… Du 28 au 31 mai 2015

Il en faut pour tous les gouts et toutes les couleurs ! Il est possible, aussi, que nous devenions exigeants avec le temps. Nous avons quitté Goyabal ce matin pour nous rendre dans une ville dont on nous a souvent et dont les guide en parle comme un incontournable (?) ! Il est vrai que Salento à quelque chose de sympathique et agréable à l’œil, mais pour nous, c’est sans plus. Si Claire a plus la capacité que moi à faire fi des côtés négatifs pour apprécier le design des portes et fenêtres qui décorent la ville….

1 porte (1)

Je suis beaucoup plus en difficulté face aux dérivent des activités touristiques. Tout ici est fait pour cela. Non pas qu’ils n’aient pas le droit, les locaux, de profiter de la masse de « gringos » qui viennent ici, mais cela appelle toute le côté déplaisant de l’être-humain et sa soif d’argent. Si dans l’ensemble l’ambiance reste bonne, il y a des traits qui ne mentent pas. Par exemple, lorsque nous stationnons à la place centrale… Apparemment un marché (attrape touriste au final) se prépare. Mais nous n’en savions rien et il semblerait que nous dérangions à l’endroit là où nous sommes. Si, dans le font, il est tout à fait normal que l’on vienne nous demander de nous déplacer, c’est plus la façon dont cela est fait. Jamais, au grand jamais, nous ne nous étions sentis agressés en Colombie. Ici, que cela soit le jeune ou la vieille montants leurs stands ou le policier qui se sera déplacé pour nous éjecter, aucun n’aura fait preuve de sympathie. Pire encore, lorsque je dis à l’agent qu’il me faut 5 minutes pour plier les affaires avant de rouler, celui-ci refuse. Je l’envoi gentiment (vous commencez à me connaitre et vous imaginez ce que veut dire gentiment chez moi !) se faire voir en lui disant que je bougerai seulement quand j’aurai fini… il repartira en me disant que j’ai 10 minutes !

Puis, il y a aussi la première fois que l’on se fait expulser en pour la nuit (c’était la veille du marché). Ici, à Salento, pas de stationnement dans les rues pendant la nuit. Bien qu’aucun panneau ne signale quoi que ce soit, la police est venue nous renvoyer à 21h, sans sympathie aucune de nouveau. Mais bref, Salento a aussi de bon côté et une vie à l’européenne. Les ruelles sont belles et son parc sympathique.

2 salento (3)

Nous repartons de Salento le vendredi soir pour aller au fond de la vallée, celle de Cocora. Là, c’est à nouveau une réussite de marketing, ou comment faire une attraction touristique de pas grand-chose. Heureusement, le sentier pédestre y est gratuit. Et vue l’état de celui-ci (bon il avait plu la veille), nous aurions été un peu agacés. Le centre est tellement boueux que nous marchons dans le champ, et c’est là que je glisse et me rattrape à la barrière sur ma gauche… une barrière de barbelés ! Quelques soins plus tard nous continuons et montons dans le brouillard, redescendons sous la pluie ! 13km, 900m de dénivelé et 3h de marche. Nous apprécions le fait de nous dérouiller un peu.

3 marche (6) 3 marche (7) 3 marche (2)   3 marche (8)

Cocora est connue pour ses champs de Palmiers de cire, les plus hauts du monde, pouvant atteindre 60m. Il est vrai que cette vallée est belle à voir et agréable à marcher. Mais nous ne gardons pas non plus un souvenir exceptionnel. Il y a tant de choses plus belles et intéressantes que cette région de Salento en venant du Nord et ayant déjà fait Barrichara et Villa de Leyva. Pourtant, en venant de l’Equateur, ce village sera sûrement très apprécié pour sa « modernité ».

Le dimanche, lui, est consacré aux enfants. Nous partons de la vallée pour nous rendre au PN du café. Tous les grands-parents avaient donné des sous pour que nos loulous puissent se payer une activité. C’est enfin chose faite ici en Colombie. L’association des cultivateurs de café colombien ont mis sur pied un parc d’attraction à la façon Disneyland. Plus petit bien sûr mais très agréable pour les loulous et nous, parents. Nous passons une belle journée à rire et jouer, une journée que les enfants apprécient aussi pour le fait qu’elle n’est pas habituelle et centrée sur eux.

4 parc (1)

4 parc (4)

Quelques jours rapidement passés et nous nous préparons à une longue route pour demain. Au retour du parc d’attraction, nous nous couchons rapidement afin d’être en forme pour enchainer école et route pour nous rendre au désert de Tatacoa.

 

2 réflexions sur “Tout ne peut être exceptionnel… Du 28 au 31 mai 2015

  1. Hello,
    J’ai la tête dans les nuages aujourd’hui grâce à la lecture de vos aventures. ..
    Prenez soins de vous..
    Hasta la vista

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s