Quand les vacances s’arrêtent, faut s’y remettre ! Du 25 au 31 juillet 2015

De retour des Galapagos, nous avions encore 3 jours en compagnie de Jannis, le frère de Claire. Afin de profiter un max, nous décidons de passer ce temps dans un endroit adapté. Nous allons, alors, à la Finca Gloria à San Isidro, proche de Guayaquil.

Les enfants passent du temps à jouer avec Jannis et Jimmy s’amusera avec une sorte de buggy tout terrain !

1 buggy

Alors que les filles, elles, feront un tour à cheval !

2 cheval

Mais aussi, le lundi est venu le temps de se remettre au travail. Jannis est venu de Suisse avec notre nouveau matériel scolaire à distance de l’école Legendre. L’entrée en matière fut difficile, car le pavé est gros ! Et surtout, les principes d’apprentissage sont totalement différents, beaucoup plus intellect en France. Je comprends mal comment le plaisir de lire peut être transmis à des enfants lorsqu’on leur fait lire des textes tant intellectuels et abstraits que même moi je ne les comprends pas sans lire leur explication ! Bref, à part cet aspect, les cours ont l’air bien ficelés et c’est à nous de trouver notre rythme de croisière !

3 ecole

Nous ramenons Jannis à l’aéroport de Guyaquil le mardi soir. La séparation est rude, tant pour les enfants que les adultes. Accueillir de la famille est toujours un plaisir immense, à la hauteur de la douleur au moment des au revoir ! Les trois loulous, une fois Jannis déposé à la douane, ont voulu que l’on mette un réveil pour ne pas louper le décollage de son avion. Au moment venu, ils se plantent à la fenêtre de Rhino et exaltent lorsqu’ils voient l’avion KLM !

4 décollage

Après ces 3 semaines sans faire tant de kilomètres, il vient le temps de s’y remettre. Nous repartons le mercredi en direction de Cayambe pour faire le point sur le projet en cours avec HAPPY.

Juste avant l’arrivée de Jannis, nous avions dû faire face au mal du pays de Jimmy. Celui-ci s’était estompé durant la présence de son tonton, mais refait surface à la fin de cette première journée de route post-vacances ! Jimmy veut rentrer en Suisse et pleure encore plus fort lorsqu’il nous dit qu’il ne veut pas qu’à cause de lui nous devions arrêter le voyage !

Nous traversons une période de remise en question. Nous ne voulons, en effet, pas stopper ce projet que nous sommes 4 à adorer. En même temps, nous ne pouvons pas imposer une telle séparation à un enfant qui le vit mal, car il n’est vraiment pas bien à ce sujet.

Toutefois, nous n’allons pas rentrer ainsi, sans avoir tout essayé avant… Nous avions déjà pris quelques mesures avant de recevoir Jannis, mais la séparation a mis un coup au moral ! Dès lors, il faut que l’on s’y remette et que l’on entoure Jimmy de notre amour le plus fort, si nous voulons que l’aventure continue !

5 jimmy

Le mercredi, nous repartons de Guayaquil vers Quito pour nous rendre au garage Iveco afin de régler un souci de témoin ABS. Oui, nous devons également nous remettre à la mécanique. Le garage Iveco de Guayaquil étant incompétent, nous avions dû abandonner l’idée de réparer les dommages ici.

Nous arrivons le jeudi à destination et rapidement les travaux commencent… et le diagnostic est clair : Plaquettes de freins avant et arrière carbonisés et explosés, frein à main grillé, senseur de frein arrière droite fondu et senseur de régime de roue arrière droit fondu également !

6 freins

Tout cela est arrivé lorsque nous sommes descendus de la Laguna Quilotoa pour nous rendre à Guayaqui, passant par Quevedo, il y a 1 mois… cette route descendant à la côte est très abrupte, beaucoup plus que celle faisant Riobamba-Guayaquil. Durant cette descente, nous avons tellement chauffé les freins que le résultat est sans équivoques ! Mais une autre chose est à prendre en compte ; nous avons acheté les plaquettes au Costa Rica, et peut-être que la qualité de stockage ainsi que sa durée n’étaient pas bonnes ! Bref, la finalité coute 700$ ainsi que 2 jours et 2 nuits dans un garage Iveco.

7 garage

Mais peu importe, nous avons décidé de vivre les choses autrement depuis quelques jours et le coup de blues touchant Jimmy. Nous profitons de ces 2 jours d’arrêt pour mettre l’accent sur le contact familial, élargi. Nous avons beaucoup joué à des jeux de société et pris le temps de faire l’école sur une plus longue période que d’habitude pour ne pas ressentir de pression. Mais également, nous mettons à profit cet arrêt avec connexion internet pour aider Jimmy à écrire beaucoup de mails à la famille et communiquons par Skype. Nous repartons d’ici avec beaucoup de satisfaction sur la gestion de cette « crise » et Jimmy semble mieux. Le seul bémol est que nous repartons toujours sans ABS ni ESR car en Equateur ils n’ont pas cette pièce de rechange !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s