On parle de ce retour inattendu. Le 20 décembre 2016

 

Nous voici à quasi un mois du retour en Afrique du Sud, car disons-le tout de suite, tout se présente bien dans ce sens. Mais laissez-nous vous expliquer.

Vous le savez déjà, si nous sommes revenus ici, c’est que j’ai été opéré du dos. Et de ce côté-là, tout va bien. Depuis maintenant près de trois semaines je ne fais plus attention à chaque instant. Je reste prudent mais le rétablissement et la musculature sont maintenant suffisants pour être un peu plus libre. Donc, un souci de moins.

Mais vous l’imaginez bien, si ce dos était le premier souci, le retour nous en a amené bien d’autres. Commençons déjà par le moral. Les 45 premiers jours, nous ne les avons absolument pas calculés. Nous nous sommes sentis comme catapulté de notre aventure, de retour en Suisse sans y avoir même vraiment réfléchi. Alors, nous avons clairement subi, en positif comme en négatif, cette période qui était aussi jalonnée de rendez-vous chez le médecin, pour Claire aussi qui a eu quelques ennuis peu après notre retour et de visite d’amis et famille. Le fait de ne pas trop pouvoir bouger, nous déplacer, à certainement rendu ce retour un peu plus difficile pour moi que pour Claire et les enfants, qui eux se sont quand même réjoui plus rapidement de la situation.

Car il y a bien les gros points positifs de ce retour provisoire ; la famille et les amis ! Et oui, ce sont quand même eux qui manquent le plus lors de voyages au long cours. En plus, l’avantage d’être ici et de ne pas travailler c’est qu’on a vraiment de la disponibilité pour les voir tous avec spontanéité, profiter de chacun de ces instants qui sont précieux. Nous avons fait quelques fêtes, quelques soirées, puis aussi retrouvé des amis de voyage. Tout d’abord, ce sont les Flamants roses migrateurs, la famille Dollet, qui se sont arrêtés sur le chemin les menant de Paris en Haute-Savoie pour nous faire un coucou plus que bienvenu. Une belle journée de samedi partagée sur les hauteurs de notre canton, hors du brouillard, puis dans notre appartement à échanger sur le voyage le futur et le retour à nos vies européennes.

Le week-end suivant, ce sont les Nomades d’un jour qui ont pris la peine de venir depuis Lyon exprès pour nous voir ! Là-aussi, les retrouvailles furent chaleureuses et appréciées de tous. Le temps étant moins propice à la balade, c’est la spécialité du chocolat artisanal neuchâtelois que nous leur avons fait découvrir. Et là-encore, nous passons du super bon temps. Revoir des amis de voyage, ça permet de revivre certains instants avec enthousiasme.

Nous avons, depuis notre retour, également fait quelques soirées entourés de notre famille et de nos amis. Que ce soit au calme à la maison ou en soirée pour faire la fête, depuis que les médecins m’ont donné l’autorisation début novembre, nous avons eu la chance de partager quelques soirées festives. Je pense notamment à mon anniversaire ou dernièrement au concert de Junior Tshaka, où nous avons dansé une grande partie de la nuit.

Revivre des moments comme ceux-ci rend ce retour plus agréable, supportable, car il faut bien le dire le retour n’est pas que plaisir de partager, pas que du bon temps à attendre de repartir. Non, après la période « lune de miel » qui aura duré un peu moins de deux mois, il y a la réalité qui vous rattrape. En fait, je pense que la période « lune de miel » correspond à ce sentiment de ne rien calculer. Ne pas être 100% conscient de ce qui est en train de se mettre en place aide à ne pas trop appréhender. Alors, lorsque la tête commence à réaliser ce qui se passe, les questions arrivent aussi.

Je pense à l’école des enfants par exemple. Si les deux grands étaient heureux de ce retour dans un premier temps, Jimmy déchante de plus en plus. Les enfants de son âge sont moins matures, ne veulent pas travailler à l’école, passent leur temps à chamailler et à se comparer pour savoir qui est le plus beau, le plus fort. Et cela, Jimmy ne l’aime pas du tout. Lui, il veut réussir dans ses entreprises. S’il est à l’école, c’est pour travailler durant les leçons et avoir que du fun à côté, sans se prendre la tête. Et avec des enfants éduqués à coup de GTA sur PlayStation et bercés par des émissions comme Touche Pas A Mon Poste, comment pensez-vous qu’ils aient un seul gramme de respect pour autrui. Je suis peut-être un peu sévère et certainement trop jugeant dans mes propos, mais un brin de colère m’habite dans cette situation dont même les professeurs nous disent être démunis. Alors Jimmy, lui, attend ce nouveau départ avec beaucoup de réjouissance, alors que s’était le plus heureux de rentrer.

Soraya, elle, ne veut pas repartir. Pourtant, sa réintégration m’empêche de dormir la nuit. Nous sommes en ville de Neuchâtel et les enfants de 13ans se comportent comme s’ils vivaient dans les ghettos des années 80… Insultes, moqueries, sentiment de supériorité, harcèlement… la dernière étape serait la violence physique. Alors, ce n’est pas bien différent qu’à notre époque, me direz-vous ! Mais nos enfants ont vécu une telle expérience ces deux dernières années que leur esprit n’est pas du tout en phase à ces gamins éduqués par la sainte babysitter TV et smartphone qui ne parlent que de la dernière vidéo youtube. Alors Soraya est assez forte pour en référer à ses enseignants, demander un règlement du cas en toute maturité en discutant en classe avec l’aide du professeur. Mais pour nous, parents, la situation est dure, remuante. Bien que pour notre fille, cela n’est qu’une mauvaise partie de sa scolarité, mais elle adore l’école, apprendre, travailler et elle s’est créé un groupe d’amis qui lui ressemble un peu plus.

Amélie, elle, n’est toujours pas accoutumée au système scolaire qui lui est totalement inintéressant. La pédagogie et la didactique ne lui correspond absolument pas. Un système où chaque enfant doit se mettre dans la case et où l’individualité ne fait aucun sens. Là où il faut travailler, travailler, et où faire juste est normal, donc pas encouragé, alors que faire faux est mal et réprimandé. Donc pour elle, le nouveau départ n’est qu’une merveilleuse nouvelle d’un point de vue pédagogique. Mais disons-le aussi, elle est très heureuse d’avoir des copains et cela lui plait.

Bon, maintenant revenons à quelque chose de plus positif. Ce petit passage ici nous permet de bien prendre la température du retour définitif qui se passera l’été prochain. Au niveau professionnel, nous avons quelques idées. J’ai déjà eu l’occasion de travailler à 50% ces 8 dernières semaines et ce travaille rependra à notre retour pour une durée d’environ deux mois à nouveau. Claire, elle, sait déjà ce qu’elle veut faire et ne restera qu’à trouver le moment venu.

L’appartement où nous vivrons à notre retour, nous le connaissons déjà. Nous pourrons y habiter qu’environ deux mois après notre retour et nous devrons donc habiter un moment dans notre Rhino en revenant, mais ça c’est plutôt une bonne nouvelle pour nous, une transition soft de la vie de nomade à la vie de sédentaire. Nous avons vraiment tout un tas de projet pour ce retour définitif que nous pouvons imaginer aisément puisque nous le vivons de façon presque réelle actuellement.

Mais avant d’y être pour de bon, il y aura ces quelques mois en Afrique Australe avec au programme un rythme de fou. Je veux dire par là que nous allons croquer ces mois à pleine dent sachant que ce sera la dernière ligne droite. Durant les 26 premiers mois de voyage, nous ne nous sommes pas permis des tonnes de sortie type journée 4×4, tours guidés, etc., en-dehors de ceux que nous avons vécu avec nos parents en visite qui nous ont gâtés. Non, cette fois-ci nous nous permettrons d’être un peu plus en mode « vacances », toujours dans le respect du compte bancaire, on est bien d’accord L !

Puis, avant cela encore, il y a 3 semaines en Suisse. Ecole et diverses activités professionnelles, administratives, logistiques, etc. Deux semaines seront durant les vacances scolaires des enfants, et nous irons dans le chalet de la grand-maman de Claire, à la montagne, en espérant que la neige y arrive, puis ensuite une dernière ronde à Neuchâtel avant de filer autour du 11 janvier sur Johannesburg.

Voici pour le pointage du moment, et on se réjouit de pouvoir à nouveau partager de belles photos dans un cadre un peu plus exotique.

Et puisque la période le veux, nous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d’année à tous et vous disons à bientôt pour de nouvelles aventures !

PS : suite à la relecture du post et certains commentaires Facebook, il me semblait important de clarifier un point de vue sur la scolarité. A aucun moment ce sont les professeurs à titre privé qui sont mis en cause. Nous avons eu quelques contact et typiquement les professeurs de Jimmy, par exemple, semblent supers. C’est réellement le système pédagogique et les méthodes d’apprentissage et de formatage que nous avons du mal à tolérer, et cela est dicté par le programme scolaire réalisé par des technocrates…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s