Des ours, des suisses et de belles rencontres. Du 22 au 29.09.2014

Après les premiers parcs nationaux et notre passage à Stockton et Monterey, nous nous sommes rendus au Yosemite, toujours à la recherche de notre premier ours. Nous sommes rentrés dans ce parc mardi matin et avons décidé de faire l’école au Yosemite village, pendant que Claire irait au visitor center.

entrée Yosemite

Une fois l’école faite, une horde de de touriste avait pris possession du parking et une grande quantité de personnes marchaient, comme pour une course d’école, sur les chemins menant aux sentiers pédestres ! Ainsi, nous avons décidé de couper court à la Yosemite Valley, pourtant très jolie, pour nous rendre en direction du Tioga pass.

TIOGA

Là, nous avons fait halte au Tenaya Lake pour y diner et ensuite nous balader quelque peu. Le site est génial. Tantôt fait de plages, tantôt fait de pierre, le chemin qui permet de faire le tour à pied de ce lac est vraiment agréable. Nous avons profité des paysage mais aussi de nous arrêter pour essayer de nous baigner, de pêcher et de prendre le gouter. Si ce dernier a été une réussite grâce à de bons melons, la baignade fut franchement réduite à une trempette jusqu’au genou tant l’eau était froide et la pêche fut infructueuse. Mais qu’à cela ne tienne, la journée était réussie et nous avons passé un super moment.

Panorama Tenaya

Tenaya

Avec Jimmy, nous avons même grimpé sur des roches abruptes et réalisé une activité avec un peu d’adrénaline, surtout pour la maman poule qui regardait cela depuis en-bas… J

???????????????????????????????

Nous sommes sortis de Yosemite pour dormir aux abords du Mono Lake. Celui-ci est recommandé dans le routard pour ses formations de stalagmites et son eau 3x plus salée que le Pacific. Nous y sommes arrivés avec un coucher de soleil à faire pétiller les yeux ! Le coin était vraiment très beaux et nous avons eu la chance de pouvoir dormir très proche du bord, sur un parking de state park. Nous n’avons rien fait de spécial ce soir-là, mais le lendemain matin nous avons profité de passer un moment à observer ces excroissances de calcium et sulfure ainsi que d’observer un peu la faune, surtout les oiseaux (cela me fait penser qu’il nous faut vraiment un objectif photo plus gros, car les animaux ne sont pas toujours faciles à approcher).

MONO

La suite de la journée s’est déroulée à Bodie. C’est une ancienne ville minière de l’époque de la ruée vers l’or. Mais cette journée-là, c’est les enfants qui vous la raconterons. Ils ont visité la ville comme un cours d’histoire et nous leur avons demandé de vous rédiger une sorte d’exposé.

Au retour de Bodie, nous avons fait une halte à Lee Wining pour trouver une connexion internet. Nous avions mal préparé notre itinéraire et selon notre carte routière, nous ne pouvions pas rejoindre Kings Canyon sans repasser par le Yosemite. Même après la recherche sur maps, nous voyons qu’il n’y a pas d’autre solution que de revenir sur nos pas, mais rien n’arrive par hasard…. Lors de cet arrêt à Lee Wining, deux personnes nous ont abordés pour nous dire qu’elle viennent de Marin, un village où mon papa à grandit et où j’ai passé beaucoup de temps dans mon enfance, à 30 minutes d’où nous habitions avant de partir. En Discutant un peu, Adriano m’a dit : « Mais t’es le fils de Claudi !? » Oui, c’est bien mon père, on venait de se rendre compte que nous nous étions nous même déjà rencontré quelques fois chez Salerno, le boucher de Marin ! Le monde n’est-il pas petit !? Salutations à eux, Adriano et David, qui nous lirons peut-être de retour en Suisse. Ce fut bon de d’entendre un accent bien de chez nous.

???????????????????????????????

Comme il était que la fin de l’après-midi, nous avons décidé de traverser le par Yosemite ce jour encore. Ainsi, en roulant entre 17 et 20h, nous augmentions nos chances de voir notre premier ours. Nous avions déjà fait une petite heure de route lorsque je décida de ne plus être rivé sur les bords de route, maintenant mon attention sur la route, et seulement sur la route, un peu déçu je l’avoue. Soudainement, Soraya dit : « Je crois que….. UN OURS !!! J’AI VU UN OURS ! RECULE PAPA, RECULE ! ». Je m’exécute et là, fantastique. Un ours juvénile à quelques 30 ou 40 m de nous. Nous avons observé l’animal durant une quinzaine de minutes et sommes repartis sous le charme de cette expérience. Nous avons tous ressenti une excitation débordante, un soulagement certain d’en avoir enfin vu un mais surtout avec cette image gravée de l’ours dans son milieu naturel.

???????????????????????????????

Nous avons ensuite roulé jusqu’à sortir du Yosemite en réalisant quelques arrêts pour les points de vue et avons dormis sur la route, environ 5 km après la sortie sud.

Yosemite NP (132)

Jeudi matin, après l’école, nous avons roulé jusqu’à Kings Canyon. Sur le chemin, nous avons fait un arrêt à double utilité. En premier, nous avons réalisé un arrêt chez un vendeur de Camping-car pour essayer d’y trouver une pompe à eau pour notre système sanitaire. La pompe, que nous avons, fonctionne encore mais fait depuis plus d’un mois un bruit différent et tourne beaucoup plus fréquemment. Histoire d’être sûr de ne pas nous retrouver en rade de pompe, j’ai voulu en acheter une pour pièce de rechange. Après diverses recherches, le propriétaire nous a vendu la pompe conseillée par Shurflo (fabriquant) et lorsque nous avons échangé sur notre voyage autour du monde, le patron a été chercher un camping-car avec une remorque et un bateau (en jouet bien-sûr) pour l’offrir aux enfants. Quelle plaisir n’ont-ils pas eu en découvrant cela ! Le deuxième fait de cet arrêt fut simplement le plein de diesel. Comme le prix par litre était correct, j’en ai profité pour faire le plein des 2 jerricanes de 20lt installée sur le toit de Rhino.

???????????????????????????????

Nous sommes arrivés au Kings Canyon et avons réalisé que les deux parcs (soit Kings et Séquoia) sont en réalité imbriqués l’un dans l’autre pour n’être séparés que par leur nom. Nous ferons donc les deux parcs en même temps. Le temps de prendre les ranger book des enfants, histoire de faire leur cours d’anglais avec un support du moment et d’apprendre aussi sur la nature environnante, nous avons ensuite pris possession d’un site du campground Azalea. Après toute cette route, notre soirée fut calme et l’heure du couché peu tardive.

Vendredi, nous sommes allés nous balader dans la cedar valley (vallée des cèdres). Pour s’y rendre, il faut déjà compter une bonne heure de route depuis la localisation du campement. Ce n’est pas tant que la route soit longue, mais plutôt qu’elle tourne beaucoup et que la vitesse max n’est pas bien élevée. Qu’à cela ne tienne, la lenteur du mouvement nous laisse plus de temps pour observer notre milieu et découvrir de beaux paysages.

Kings Canyon (23)

Au bout de la route, un sentier bordant la rivière, le Zumwalt meadow, nous a permis de passer un bon moment en famille. Un peu de foret, un peu grave et un peu de roche. La variété des sentiers et des paysages permet à l’esprit de s’évader plus que d’accoutumé. Dans la foret, nous avons écouté le chants des oiseaux. Sur les sentiers de grave, les enfants ont couru et se sont dépensés. Vers les roches, la concentration était plus intense, histoire de ne pas trébucher. Ce fut malheureusement le cas pour Amélie qui nous en aligne quelques-unes depuis un moment. Un peu trop tête en l’air, elle ne regarde pas assez sont chemin et finie par se faire de petits bobos, mais rien de méchant, heureusement.

Lors de cette balade, nous avons vraiment croisé de superbes coins, comme ce tunnel sous des entassements de roches, la couleur de l’eau sous ce pont ou la nature autour de nous.

Zumwalt meadow

Lorsque la petite marche (8-9 km, pour les enfants c’est déjà pas mal) fut terminée, nous avons passé un instant dans un autre endroit non loin de là pour que les enfants puissent se baigner. L’eau était vraiment froide, mais ils ont voulu s’amusés et ont fait fi de la température.

Kings Canyon (83)

Le soir en rentrant, nous avons fait deux belles rencontres. Tout d’abord, nous sommes tombés sur Sam, Julia et Johannes. Père et fille accompagné du petit ami, ils viennent du Jura (bien que Johannes soit Autrichien) et entendre l’accent de chez nous fut très agréable à l’oreille. Nous avons longuement papoté au magasin du village et avons finis par nous inviter à griller ensemble pour le souper, après que nous ayons eu fait la rencontre d’autres personnes, ce que nous ne savions pas encore.

La deuxième rencontre fut celle de Ron et Karen. Ce couple américain, d’une cinquantaine d’année, a entrepris une discussion avec Claire, autour de l’évier du camping. Après quelques échanges, ils nous ont invités à passer chez eux, dès le lundi soir. Lui, travaille certain week-end comme volontaire pour l’observation des débuts de feux en forêt, dans la région de Kings Canyon. Karen le suit et passe son week-end au camping. Nous nous rendrons à Visalia pour leur rendre visite, lundi.

Donc pour en revenir aux Jurassiens, ils sont venus nous rejoindre à notre emplacement pour griller et souper ensemble. La fraicheur du climat n’a rien enlevé au côté chaleureux de ce moment. Claire s’est trouvé un point commun avec Julia, chacune formées dans le domaine du travail social. J’ai beaucoup parlé avec Sam, le papa, de ses aventures passées lors de son travaille dans la marine suisse, à parcourir le monde durant 10 ans. Johannes, lui, est percussionniste dans un groupe qui fait de nombreuse représentation dans de nombreux pays (oups, je trouve plus le nom). Il s’est joint tantôt à l’une, puis à l’autre des discussions avec beaucoup d’à-propos. Nous avons apprécié ce temps passé avec eux en lien avec leur sympathie, mais aussi dans le fait de passer une soirée avec des compatriotes, parlant la même langue avec le (presque) même accent et en tous les cas les mêmes expressions. Merci à eux pour ce moment partagé, bien qu’il fut écourté par la pluie arrivée vers 22h, mais tant attendue par la nature environnante, sèche depuis des mois.

???????????????????????????????

Samedi fut une journée plus tranquille. Nous avons été faire le sentier de General Grant Tree. Cette arbre serait le 3ème plus large dans son diamètre de base (je dis serait car je reste méfiant avec tout ce qui est le « plus » du monde). Malgré tout, ces arbres, des séquoias, restent très impressionnant. Celui-ci, mesure 11m de diamètre et ferait 84m de haut. Tout autour, d’autres séquoias ornent la forêt et offrent un beau spectacle. Dommage que la pluie nous ait rendu le parcours moins agréable mais heureusement pour la nature qu’elle ait fait son apparition. Il semblerait qu’elle se soit faite discrète depuis plusieurs mois !

grant tree

Dimanche, nous nous sommes réveillés au campground de Lodgepole. Nous avions décidé de faire une matinée d’école vu que le temps restait assez maussade. Ensuite, en milieu d’après-midi, nous sommes partis faire une marche vers General Shermans Tree. C’était pour nous la dernière occasion de croiser un ours. La marche a duré environ 3h. Nous avons vu le Shermans Tree, plus grand arbre au monde à sa base (je prends encore, une fois, des pincettes) et nous avons parcouru une partie du congress trail. Ce sentier passe par une série de séquoias rassemblés comme pour un congrès. Nous avons pris les 4h à l’abri d’un séquoia évidé par le feu en son centre.

???????????????????????????????

Repartis de là, nous avons marché durant une quinzaine de minutes et Soraya s’est exclamé : « Un ours, euh deux ours » ! Nous étions les 5, seuls dans cette forêt, en face de 2 ours noirs juvéniles. A quelques 100 à 200m de nous, ces deux ours nous regardaient. Pour moi, la sensation était juste incroyable de se trouver si proche de ces animaux sauvages, à la fois potentiellement dangereux mais surtout très peureux ! Dès qu’ils nous ont vus, ils se sont méfiés. Ils ne nous ont pas lâchés du regard durant une bonne minute et ont fini par s’en aller. Nous avons essayé de contourner la butte pour les observer à nouveau, mais ils étaient déjà ailleurs… Nous avons terminé notre marche, heureux d’avoir vécu cet événement, et cette fois nous savons que l’ours sur notre logo est amplement justifié !

Kings Canyon (164)

Nous avons quitté le parc séquoia et Kings Canyon lundi, en direction de chez Ron et Karen, et sommes vraiment enchantés d’avoir vécu tous ces instants de bonheur inoubliables !

 

6 réflexions sur “Des ours, des suisses et de belles rencontres. Du 22 au 29.09.2014

  1. je veu un ours ………………….. un en peluche … lol ……Comme je vous comprends la sensation doit etre sublime de ce retrouvé face a cet animal dans son milieu naturel !!!! Et c’est pas fini vous allez en voir encore des animaux de toutes sortes !!! Continuez bien Bisous Lili

  2. Comment vous dire, en vous lisant je peux imaginer toutes ces émotions que vous vivez .Less enfants et vous, devez êtres si heureux de voir tant de belles choses que dame nature nous offre.Vos visages sont rayonant
    C est toujours un vrais bonheur de vous suivre pym pointe l’ itinéraire de votre voyage.Pleins de chaleureux et affectueux bisou. A bientôt 💙💚💛💜💗

    • Coucou Monique

      C’est la classe, en effet, de voir toutes ces choses ! On se réjouis de continuer et sommes déjà tant reconnaissant de ce qu’on a pu voir et faire.

      Gros becs

  3. coucou
    En vous lisant cela ma ramener a notre voyage au canada ,oui c’est a la fois inquiétant et a la fois tellement beau de voire se magnifiques ours en nature dans leurs milieu naturel sans barrières ni cages ,en même temps on sais que pour une fraction de seconde il peut être sur nous. Mais la peur est a ce moment la moins forte que l émerveillement!!! »
    J ai tellement de plaisirs a vous suivre et vous voire si heureux pour moi c est un pied de nez a ceux qui ne croyait pas en vous et en votre tellement beau voyage.
    Avec toute mon Amitié Des GROS GROS Bisous Mumu !!!!!!

    • Coucou Mumu !

      C’est tellement ça…. les sensations sont intenses et sans filets !
      Ton commentaire nous fait un plaisir immense 😉

      En ce qui concerne le fait d’être heureux, c’est assez juste. Il ne faut pas croire que tout est toujours rose, que tout ce qui fonctionnait moyennement avant est totalement résolu maintenant. Mais la grande différence réside dans le fait que quand une chose ne va pas bien, nous avons le temps de le résoudre. Les paysages et les rencontres nous offre aussi beaucoup de bons moments et facilitent aussi les périodes euphoriques !

      Des gros bisous à tous le monde ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s