Si je flippe ? Ben ouais, un peu ! Ticket perso 1

Lorsqu’un anxieux de nature part à l’aventure, ça donne quoi ? Je pourrais résumer en disant cela :

« Ici ou là-bas, les sensations sont les mêmes, bien que plus fréquentes étant confronté régulièrement à des situations nouvelles » !

Mais cela ne permettrai pas de comprendre ce qui se passe en effet. Comment est-il possible de surmonter ces moments anxieux ? Pourquoi se confronter à ces anxiétés alors que les symptômes sont parfois des plus désagréables ?

Avant cela, je me dois d’expliquer…en terme général, quelle est la différence entre un angoissé et un anxieux ! Sans être pour autant médecin ou psychologue, j’ai cru comprendre qu’une personne angoissée serait réellement prise de moment très difficile, de « crise d’angoisse ». Une sorte de panique tétanisante, les battements du cœur s’accélérant, le ventre se serrant et les pensées les plus morbides arrivant juste derrière. Car au final, si angoisse il y a, c’est souvent par peur de mourir ou de souffrir, non ? L’anxieux, lui, n’est pas loin de cela, il s’arrête à l’étape précédente. Comme pour l’angoissé, l’anxieux ne se sent jamais tranquille, se demande toujours ce qui pourrait se passé, mais rarement dans un aspect positif. Les deux types de personnes sont souvent à l’affut de ce qui ne fonctionne pas vraiment comme il le souhaite, bien qu’il soit possible qu’une angoisse ou une anxiété soit dirigée sur quelque chose de précis. Pourtant, les sensations viennent souvent de choses anodines, peut importante en terme de risque.

Je donne l’exemple, un de ceux que j’ai déjà vécu en voyage : Notre frigo, alimenté au 12Volts, tourne durant 10h non-stop lors de grande chaleurs. La première fois que cela est arrivé, je vous fait une petite liste des pensées qui m’auront traversé l’esprit :

  • Le frigo a-t-il un problème technique ? Ah non, c’est peut-être qu’il fait trop chaud
  • Mais alors, est-ce que la batterie et les panneaux solaires vont suffire si l’on reste immobile 5 jours.
  • Et quand bien même cela suffirait, le frigo supportera-t-il de tourner autant ?
  • Ah, peut-être qu’il tourne autant car on a mis des bouteilles d’eau au congélateur.
  • Mais alors, faut sortir les choses ou les laisser quand même ?
  • Etc., etc., etc. !

Voilà un petit aperçu de ce qui peut se passer avec trois fois rien, car au final, que l’on se pose la question ou non, le résultat sera le même. Et si le frigo devait casser, il faudrait le changer de toute manière. Et si les batteries avec les panneaux solaires ne sont pas suffisant, il faudra soit rouler, soit ajouter une batterie.

Mais ce n’est pas quelque chose que l’on contrôle, c’est quelque chose que l’on subit plutôt. Car même à se raisonner, cela empire presque le fait. Il est certainement préférable de laisser venir l’anxiété en la contrôlant, sans la laisser pourrir votre journée. Vous pensez bien qu’en étant soucieux au sujet d’un événement, il est difficile de rester serein et de passer une journée en toute liberté.

Les autres sujets d’anxiété sont, pour moi, aussi diverses et variées, fondées comme superflues, que le fait de casser quelque chose ou de vivre un accident peu réjouissant. Comme superflu, il y a le levé au milieu de la nuit pour aller démonté la marquise que j’avais fixée pour la journée (une marquise est une toile faisant office d’avant-toit pour créer de l’ombre). Le vent s’étant levé vers 4h du matin, j’ai commencé à entendre la toile taper légèrement. J’ai bien essayé de ne pas y prêter attention, mais à 5h30, lorsque j’étais réveillé depuis 30 minutes à me poser la question, je me suis finalement levé et suis allé démonter celle-ci. Mais parfois, les pensées sont plus sombres, comme lorsque Claire fut prise de sérieuses crampes d’estomac ou Amélie prise de forte fièvre 2 jours après. Dans les deux cas, l’anxiété est proche de l’angoisse. Que se passe-t-il, ont-elles la Dengue (maladie présente à ce moment au sud de la Basse-Californie, au Mexique, suite à la prolifération des moustiques après l’ouragan), où irions-nous si nous avions une urgence, où se situe le premier hôpital ? Ce genre de réflexion est certainement très saine dans l’idée où si vous avez réellement besoin d’obtenir des soins rapidement, vous vous serez déjà posé la question et aurez obtenu des réponses, si ce n’est la réponse. Mais le problème n’est pas tant de se poser ces questions, vous le feriez sûrement aussi, pour assurer la sécurité des vôtres, non ? Le problème se situe plutôt dans la façon dont cela est vécu, avec crainte et stress, parfois même avec obstination.

Mais alors, pourquoi partir vivre une aventure comme la nôtre, lorsque l’on est sujet à ce genre de pensées ou à ce genre d’anxiété ? Car il est clair, à moins d’être masochistes, qu’il faut retirer plus de positif que de négatif pour continuer dans un projet, une aventure. Et bien, tout d’abord, qui n’a pas rêvé une fois dans sa vie de vivre un tour du monde ? Déjà rien que pour cette raison, il est compréhensible de se confronter à son anxiété. Mais imaginez plutôt : Vous êtes dans une forêt canadienne et êtes anxieux de voir un ours de trop prêt. Si vous vous retenez d’y aller, vous ne vivrez jamais, ni vous, nous vos enfants à ce moment précis, la joie d’apercevoir deux ours en liberté à environ 200m de vous et qui vous regarde comme pour vous dire : Vous foutez quoi ici, nous on aime être au calme, on se tire ! Et ils s’en vont sans se préoccuper de vous. Aussi, lorsque vous êtes en train de gravir un flanc de montagne abrupte, dans un parc national des USA, que vous réalisez que si quelqu’un décroche c’est à la petite cuillère que vous le ramasserez, ou que l’on vous ramassera, les pulsations augmentent avec l’anxiété. Si vous vous arrêtez là, vous ne vivrez jamais cette joie d’être arrivé au but final et entendre vos enfants dire exactement ce que vous étiez en train de penser : « Wouaaaww, c’est trop beau, c’est magnifique » ! Et ainsi vous ne savourerez jamais ce moment où vous vous dîtes : « On l’a fait » ! Et pour terminer avec les exemples, quand vous vous apprêtez à partir faire du snorkeling (PMT) mais que votre tête vous dit que vous ne savez pas ce qu’il y a là-dessous, si vous ne vous raisonnez pas, vous ne verrez jamais tous ces poissons multicolores, des raies, des petits requins inoffensifs, ou des récifs colorés. Vous n’entendrez jamais vos enfants dire : « C’était trop cool de nager avec toi papa » ! Et ainsi, je pourrais continuer des pages entières.

Mais en conclusion de cet article « anxiété vs plaisir », je pense que les deux sont intimement liés dans une personnalité comme la mienne. Le plaisir est aussi grand que le courage qu’il m’aura fallu pour surmonter mes craintes. Et comme me l’a dit mon épouse, à quelques reprises, durant ce voyage, elle me trouve très courageux. Non pas dans ce que je réalise, mais dans la façon de les réaliser. Je ne commets pas d’acte héroïques, et tant mieux car les héros meurent par témérité. Je surmonte simplement mes anxiétés chaque jour et tente de ne pas trop les laisser influencer sur ma famille. Et au final, mes anxiétés nous apportent un élément qui ne peut être que positif, la sécurité. Le meilleur moyen de passer au-dessus d’une crainte est d’en faire une projection objective. Ainsi, vous obtenez une évaluation du risque et, souvent, êtes prêt à faire face à une situation « d’urgence ».

Donc, en gros, si vous hésitiez à partir en tour du monde, ou simplement à faire quelque chose d’un peu fou dans votre vie, dîtes-vous comme les québécois que, au pire, « c’est pas si pire ». Que souvent, la crainte nous empêche de réaliser de grandes choses !

4 réflexions sur “Si je flippe ? Ben ouais, un peu ! Ticket perso 1

  1. Bonjour,
    Merci bcp pour votre témoignage ,car je me suis retrouvée en vous !
    Et cela fait toujour du bien de partager avec d’autres humains des sentiments identiques. !!
    Belle continuation !
    Avoir confiance en sois en son ressenti….c’est ce que j’applique et le sentiment vrai…TRANQUILLEMENT et ça marche
    Fabienne st prex

    • Bonjour Fabienne,

      merci pour le retour. Nous sommes rarement un cas unique et le partage permet de le réaliser.

      Belle période hivernale chez vous 😉

  2. Bonne analyse , je suis une angoissée mais pas des memes choses , c’est plus des peurs , mais je pense que si j’etais avec une personne qui me motive je surmonterais , c’est aussi grace aux gens qui nous aiment et nous entourent qu’on peu parfois passés au dessus de tout !!!!! Bonne continuation Bisous a vous et votre petite famille…………… Lili

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s