Reculer pour mieux sauter ! Du 02 au 09.01.2015

Ce vendredi, nous redoutions la coupure familiale. Nous avions déjà dit au revoir à ma sœur (et sa famille) et ce 2 janvier, c’était au tour de la famille à Claire. En plus, comme nous le présentions à la fin du dernier article, nous avons eu quelques surprises sur le type de voyage que nous faisons au Mexique. Sûrement trop rapide, sûrement pas assez profité de l’instant présent lors de nos découvertes, nous nous interrogions, durant ces jours avec la famille, sur la façon dont allait se continuer l’aventure.

Un des premiers éléments de réponse est venu lors des vacances de notre famille ici. Avec leur présence (et à cause de), notre couple était repartis dans un de ces travers qui nous a motivé à partir de Suisse. Nous souhaitions que tout soit génial pour eux et nous nous sommes mis une pression inutile. Justement, une pression qui était la constamment en Suisse et qui amenait de petites dispute aussi inutiles que futiles ! Donc, déjà pour continuer l’apprentissage d’une vie différente et pour ancrer de bonnes habitudes que nous avions pris durant ces 6 premiers mois, nous nous devons de continuer.

Une seconde réponse nous est parvenue une heure après avoir quitté l’aéroport. Nous avons fait quelques courses en supermarché, puis nous sommes repartis sur les routes… quelle liberté ! Nous avons eu un sentiment, tant Claire que moi, d’être à notre place. Et cette fois-ci, là où nous voulons et quand nous le voulons. Nous n’avons plus aucune date limite, aucun événement butoir, et cela change pleinement le type de voyage. Nous sommes heureux d’avoir convenu de passer les fêtes en famille, et cela déjà avant notre départ. Toutefois, la prochaine expérience de retrouvailles s’organisera au dernier moment et nous accueillerons les gens là où nous sommes et non où ils atterrissent. Mais comme on dit, on est toujours plus intelligent après, donc nous n’avons aucun regret d’avoir fait ainsi et sommes heureux d’avoir vu tout ce monde. Ce fut une manière de reculer pour mieux sauter dans la suite de notre aventure.

Nous avions décidé de rejoindre la riviera Maya pour continuer le périple. Sur la route, nous avons fait halte à Chemax. Pourquoi ici ? Simplement parce que le voyage l’a décidé, car l’heure du coucher de soleil approchant, c’était un lieu logique pour s’y arrêter. Nous sommes allés stationner à côté du terrain de baseball (beisbol en espagnol) et avons trouvé de nombreuses personnes jouant dans l’enceinte du stade. Nous y sommes allés et avons joué au foot et à la pétanque. Les locaux nous observaient de façon intriguée sans pour autant oser nous interpeler… La prochaine fois ?

Samedi, nous avons repris la route en direction de Cancun. Mais tous d’abord, roulons économique car la jauge d’essence est basse, et la prochaine gasolinera avec diesel lointaine ! Nous arriverons à bon port et remettrons  88.3lt de carburant pour un réservoir de 90lt !!! Donc, sinon, pourquoi Cancun ? Nous avons voulu nous y rendre juste pour voir ce que c’est et pourquoi pas nous laisser surprendre et y rester un moment si nous trouvions cette endroit sympas… et bien absolument pas ; Nous sommes venu, nous avons vu, nous restons sur le c.. ! Le comble du mauvais goût architectural accompagné de la destruction de la beauté naturelle du lieu… Bref, ce n’est pas notre style et je prie d’excuser les personnes aimant ce lieu et que j’aurais pu heurter.

1 Cancun

Tout cela pour arriver à Puerto Morelos. Village également touristique, mais à taille humaine c’est un endroit qui permet encore de se garer avec un camping-car assez proche de la plage. Nous y avons passé une nuit, jouer à la plage et nager dans la mer. Malheureusement, il faut dire que décembre et janvier ne sont pas des mois carte postale ! Vent, nuages et pluies sont très fréquent et rendent la mer assez trouble et la baignade peu agréable par la présence de nombreuses algues.

2 Puerto Morelos

Et dimanche, ce fut une journée comme celles que l’on espère. En arrivant à Cancun, Claire a eu une fringale et se sentait moyennement bien. Nous avons simplement arrêté Rhino le long de la route et sortis la table à l’arrière et mangé le long de la rue… peu glamour, en effet, mais la faim justifie les moyens. Du coup, une voiture s’arrête et nous accoste en suisse-allemand, une famille d’expatriés habitant à Playa. Après une courte discussion, ils nous invitent à parquer Rhino sur le parking de leur résidence. Ils habitent, pour le moment encore, dans un de ces complexes hôteliers avec de nombreux appartements, des piscines, un golf, une immense salle de fitness et un beach club. De l’entrée du site à leur appartement, il y a environ 3 kilomètres !

Bref, ils avaient quelques trucs à faire dans l’après-midi et nous ont donné rendez-vous pour le soir. Pendant ce temps, nous avons été prendre la température de la ville, voir comment cela est. Si elle semble géniale pour les touristes en hôtel, elle n’aurait été qu’une nuit pour nous voyageant en camping-car si nous n’avions pas rencontré ces gens. Elle n’offre guère de lieu propice au camping tout en étant à proximité du centre touristique et des plages. Toutefois, en restant parqué là où cela est interdit mais  avec toujours une personne dedans pour déplacer le véhicule s’il le fallait, nous avons fait de nombreuses rencontre en l’espace de 2h. Des 4 coins du monde, les gens s’arrêtent et nous interrogeaient. Du argentins, brésiliens, allemand, et suisses, entre-autre Angelo et Camille venant de la région bulloise avec qui nous avons trinqué et passé un peu plus de temps. Il y avait aussi de nombreux français, mais ceux-ci se contentait de dire : « t’as vu, c’est écrit en français sur leur véhicule. C’est sûrement des québécois ! »… Ce qui nous aura bien fait rire !

Depuis là, nous avons passé toute notre semaine à Playa del Carmen, hébergés par une famille suisse qui nous a offert le droit d’utiliser les parking et le complexe hôtelier où ils résident. Il y a Richi, le mari, Jasmine, l’épouse, et leurs deux filles Taisha et Samantha. Ils sont venus ici pour essayer un nouveau départ qui semble réussir gentiment. En fait, ils vivent de la location d’une superbe villa à Playa. Avec 6 pièces, piscines et jacuzzi, cette maison peut accueillir jusqu’à 14 personnes. Elle est juste somptueuse et parfaitement placée dans un centre résidentiel nommé playacar. Si cela vous intéresse, jetez un œil ici sur villaplayacar.

Durant cette semaine, nous avons notamment fait :

Boire des cafés chez Paul et son Coffee Stop.

3 Coffee Stop (1280x426)

Nous balader dans Playa.

4 pLAYA (1280x850)

4 pLAYA (5) (1280x625)

Plongé (pour les parents) avec les requins bulldogs.

???????????????????????

???????????????????????

5 Bullsharks (4)

???????????????????????

5 Bullsharks (3)

Soraya et Jimmy, eux, ont passé leur brevet OpenWater Junior.

???????????????????????

Nous avons aussi fait du chill-out sur la plage et aux abords de la piscine du complexe hôtelier.

7 chill-out (2) (1280x588)

Nous avons pris le temps de nous rendre à Puerto Aventuras, et ainsi voir les dauphins. Nous avons été très partagés entre le fait de voir ces animaux enfermés dans des espaces non suffisants pour eux et le bonheur d’avoir eu ce dauphin venu jouer avec nous durant une quinzaine de minutes, où nous avions vraiment l’impression qu’il y avait un échange.

8 Dauphins (1280x850)

8 Dauphins (6) (1280x850)

8 Dauphins (5) (1280x850)

8 Dauphins (7) (850x1280)

Et pour finir, nous avons partagé chaque soir un repas avec nos hôtes et ainsi nous avons mangé une fondue au fromage (mais quel bonheur), et des crêpes à la façon Petzi…

9 repas (1)

9 repas (3) (1280x850)

9 repas (2) (1280x850)

Un soir, en revenant dans Rhino, j’ai remarqué qu’il manquait une vitre de la fenêtre de la capucine ! Après un gros coup de stress et quelques recherches dans les alentours du notre maison, c’est finalement un garde du parking qui l’avait récupérée après qu’elle soit tombée à cause du vent !

10 fenetre (1280x850)

Voici une neuvième semaine des plus réjouissantes et nous donnant un élan nouveau pour repartir prochainement dans de nouveaux lieux….

2 réflexions sur “Reculer pour mieux sauter ! Du 02 au 09.01.2015

  1. Bref tout va bien et le voyage prend la dimension d’une vie nomades et non d’un voyage touristique… Je suis de retour à Tulum après un peu de mécanique à Izamal. Pas de vent, plus d’algues sur la plage, autant de belles filles, bref je suis ancré pour plusieurs semaines… Bonnes routes, les amis

    • Salut Marco,

      Oui, un nouveau rythme s’installe et il est assez agréable de se laisser porter par les envies… Bien que la première partie du voyage fut tout de même incroyable !

      Cool pour ton camion et ton retour a Tulum. Dans le calme, les plages et la mer doivent être incroyablement agréables !

      Bonne suite de voyage pour toi et ton camion, et a bientôt (qui sait) sur les routes du monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s