Une décision qui chamboule tout ! Le 30 septembre 2015

C’était dans l’air depuis quelques temps, c’est devenu réalité il y a quelques jours… Je l’ai exprimé à plusieurs reprises que, dans notre voyage actuel, une certaine lassitude c’était installée. Pourtant, l’envie de voyager est encore là et surtout l’idée de rentrer maintenant ne nous convient pas. Il fallait, alors, trouver d’où venait ce mal et prendre des décisions en conséquence.

Pourtant, trouver d’où vient ce mal n’est pas chose évidente. Regardez seulement ! Nous sommes nous cinq, en famille comme nous l’avions souhaité, à découvrir des lieux et des monuments plus incroyables les uns que les autres, dans une liberté totale et sans aucune soumission quelconque à une société qui vous emploie. Donc, comment imaginer ne pas pouvoir être satisfait de cette situation. Il nous a fallu plusieurs discussions et remises en question pour comprendre ce qui se passait réellement. Nous en avions trouvé la piste à plusieurs reprises mais n’avions pas pu poser de mots bien précis sur ce que nous ressentions.

Aujourd’hui, nous pensons connaître d’où vient le mal, en réalité ; les maux. Car il n’y a pas un seul événement qui est la cause de toutes ces interrogations, c’est à nouveau l’accumulation d’une multitude de détails qui nous amènent là, à une lassitude ! Voilà le mal dont nous souffrons.

Une lassitude, et qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit, de la différence culturel latino-américaine et européenne. Nous ne vivons clairement pas des mêmes principes. En réalité, cette différence nous avait sauté aux yeux en Amérique centrale, où nous avions failli arrêter notre voyage aux vues des déchets qui jonchaient les sols, des regards noirs lancés par les gens aux bords des routes à notre passage (bon, pas tous quand même, n’exagérons pas), des difficultés à trouver des points commun avec des gens qui n’avait pas beaucoup de culture générale.

Puis, nous avons vécu un véritable répit, tout d’abord en Colombie (vraiment notre pays coup de cœur) puis ensuite en Equateur. Tout en gardant leur culture latino-américaine, ils ont su se tourner vers le monde, apprendre à connaître les autres cultures puis à en faire une culture générale ouvrant la porte à des discussions approfondies sur les échanges culturels qui pouvaient être bénéfiques à tout un chacun. De véritables discussion de fonds avec pour seul intérêt la connaissance de l’autre, sa façon de vivre et comment nous pouvons apprendre ce chacun.

Mais malheureusement, l’arrivée au Pérou nous a fait replonger dans la morosité de l’Amérique centrale, et peut-être même pire encore. Nous ne sommes pas de simples touriste, ou même encore des voyageurs sac-à-dos qui finalement restent surtout et avant tout sur des circuits relativement touristiques. Avec notre Rhino, nous allons partout dans tous les coins de rues, comme dans les lieux retirés. Nous voyons, alors, beaucoup de facette que d’autre n’ont pas. Et en discutant avec les autres voyageurs motorisés, nous remarquons que leur constat est relativement similaire au notre.

Le Pérou est sale… de loin le plus sale des pays d’Amérique que nous ayons fait. Nous sommes dégoutés de voir des femmes sortir de leur maison, les bras remplis de déchets en tous genre, et juste balancer le tout dans la rivière à côté !!! Cela nous a beaucoup lassé en Amérique centrale, et nous lasse à nouveau ici.

Un autre point est la clarté des informations, comme si la notion de vérité n’était pas la même ici que chez nous. Il nous est impossible d’obtenir un vrai NON, comme si tout était sans arrêt discutable. Que cela soit pour un avantage ou un inconvénient, il est très compliquer d’obtenir une réponse claire et précise. Je prends le simple exemple d’une demande de direction. La personne vous bafouille quelque chose qu’il n’est pas facile à comprendre mais prenez cela pour une vraie information. Maintenant, nous avons compris que lorsque la réponse est lacunaire il faut simplement leur demander : « Vous n’en savez rien en fait !? ». Et là, soudainement, il vous avoue ne pas vraiment savoir. Mais pour en arriver là, il faut être parti quelques fois dans la mauvaise direction…

Ou alors, lorsque vous allez dans une information touristique… les gens qui travaillent là sont payer pour ça, mais ne sont pas capable de fournir une information autre que lacunaire la plus part du temps. Vous vous rendez donc sur les lieux sans jamais vraiment être persuadé de ce que vous allez trouver.

Et le dernier point, et je m’arrêterai là car sinon le risque serait de penser que nous n’aimons rien d’ici, ce qui n’est pas non plus le cas ! Donc, ce dernier point est la sensation d’être une machine à dollars sur patte… l’ultime exemple en date a été vécu au canyon de Colca. Ici, trois prix d’entrée dans cette communauté qui se sucre largement grâce à un morceau de nature sur lequel ils vivent. Le premier, pour les locaux, est de 6$, plus bas que les deux autres et ce que je comprends sans pester. Mais le bât blesse au moment où nous découvrons qu’il y a deux prix pour les étrangers. Le premier, pour les latino-américains, est de 12$, puis le deuxième, pour les têtes blanches, de 22$ ! Là, s’en est trop. Le Pérou exagère largement sur leur politique touristique.

Comme je vous l’ai dit, il n’y a rien de grave en soit mais c’est une accumulation de faits qui créent cette lassitude.

Donc, pour en revenir à quelque chose de plus réjouissant. Nous sommes partis en tour du monde pour passer du temps en famille, la première raison, mais aussi pour nous faire plaisir. Aujourd’hui, même si nous nous dirigeons vers des pays qui devraient être plus faciles de ce côté-là (Argentine et Chili) nous ne sommes pas sûr d’arriver à changer notre dynamique et prenons la décision suivante : Nous quittons les Amériques !

Le voyage continue sous d’autres cieux, comme nous l’a dit notre ami Jil. Ou encore cette question rhétorique de Jack qui nous demande qu’elle serait l’intérêt de continuer à tout prix car c’est ce qui avait été planifié. Et la destination n’est pas des moindres, la Nouvelle-Zélande ! Nous allons y découvrir une nature incroyable, pouvoir faire du surf avec Jimmy, plonger avec Soraya, jouer sur la plage avec Amélie. Nous y retrouverons également des connaissances (Torrey et Kellie) et des standards de chez nous, des échanges teintés de points communs à nos cultures (bien que celle des Maori soit sûrement quelque chose à découvrir) puis encore des services auxquels nous sommes habitués. En bref, simplement vivre un nouveau changement capable de nous donner un nouvel élan au voyage.

Et lorsque l’on parle de changement, ceux-ci sont devenus nombreux au fil du temps, car il n’y a pas que le délai dans lequel nous nous rendrons en Océanie qui en est un. Nous partirons sur ce continent pour y faire la NZ et l’Australie, mais les pays se feront sans Rhino, le seul pincement au cœur que nous ayons. Trop cher, trop compliqué, voilà les deux raisons qui nous ont fait prendre cette décision. Alors nous voyagerons en sac-à-dos, comme aux bons vieux souvenirs du Sri Lanka. C’est aussi un souhait émis par Jimmy. Il veut passer d’auberge en auberge pour rencontrer du monde. Il se sent parfois isolé avec Rhino et veut du contact, ça tombe bien ! Toutefois, l’option de louer un véhicule ou d’en acheter un pour le revendre ensuite reste en tête selon la difficulté de se déplacer avec le matériel scolaire de 3 enfants…

En prenant cette décision d’écourter l’Amérique du Sud, nous réalisons aussi que de nombreux points vont gagner en qualité. Le premier concerne les saisons auxquelles nous ferons nos escales en Océanie. En commençant mi-janvier avec la Nouvelle-Zélande, nous y serons en plein été, alors que nous devions à la base arriver en Avril, l’automne là-bas ! Puis, mi-Avril en Australie, qui est justement l’automne mais à ce moment précis la possibilité de ne pas étouffer sous une chaleur atroce de l’été australe. Ensuite, cela nous amène à la date de départ de l’Australie. Mi-juillet, nous nous rendrons dans la troisième partie du voyage, l’Afrique. Oui oui, vous l’avez bien lu, plus d’Asie pour nous. Trop de points négatifs nous ont été contés par d’autres voyageurs en camping-car sur ce continent. Et lorsque nous avons vu les photos de nos amis voyageurs, les Roux, qui eux avait fait l’Afrique, alors la décision était quasiment inévitable, nous voulions y aller.

Donc, pour cette dernière étape, nous laissons beaucoup plus de portes ouvertes en y arrivant en juillet plutôt que fin septembre. Allons-nous rentrer en traversant les pays les plus sûrs jusqu’en Europe ? Allons-nous nous contenter de la pointe sud de l’Afrique pour ensuite renvoyer le véhicule par bateau ? Rentrerons-nous au dernier moment, en Juillet 2017, juste avant la reprise scolaire ou rentrerons –nous déjà en mai, histoire de retrouver du travail et une maison pour offrir des débuts stables dans la scolarité des enfants ?

Le voyage c’est ça… des projets, des contre-projets. Des certitudes qui tombent parfois en miettes, qui restent parfois debout. Et s’il est une chose dont Claire disposait déjà avant notre départ, celle-ci j’ai dû l’apprendre, c’est la faculté de ne pas rester bloqué sur une décision qui avait été prise, un objectif qui avait été posé. Le changement est parfois déstabilisant mais se fait en général pour apporter du mieux. Oui nous allons manquer des choses que nous attendions ; Valdes, Valparaiso ou encore le Perito Moreno. Pourtant, de l’autre côté, nous allons retrouver une multitudes d’avantages que je vous ai conté auparavant.

Que l’aventure continue et tachons de profiter à fond de ces deux derniers mois ici, avant de retrouver notre famille et nos amis pour 1 mois de pause en Suisse…

 

10 réflexions sur “Une décision qui chamboule tout ! Le 30 septembre 2015

  1. j’ai tout lu avec passion , la nouvelle-zelande ma fille y est restée 1 an elle a achetée un van en arrivant , a vecu dedans sauf quand elle travaillait dans des fermes , la revendu en partant …… elle a ramenée de belles photos et souvenirs , j’étais un peu inquiete par mon moment, seule si loin , mes enfants sait toute ma vie ( mes 3 petits enfants aussi ) me manque qu’un amoureux …sniffff ….. je m’egards ….lol ……. Vous avez raison faites selon votre resenti et vous occupez pas de ce que pense les autres …. Moi je vous suis et si je gagne au loto je vous rejoins en afrique …..lol …… Bisous a vous 5 Lili

  2. Waouh ! Que d’aventures !! BRAVO pour cette belle prise de décision qui ne m’étonne absolument pas 😉 Autre continent, autre voyage dans le voyage… Le principal étant de se trouver « à sa place » après tout non ? Gros bisous à vous 5

  3. Et bien voilà une bonne nouvelle : Vous continuez l’aventure, et d’Afrique vous nous posterez des fotos magnifiques !!.. Me réjouis
    ! Bisous à tous

  4. Pingback: Une décision qui chamboule tout !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s