Te Anau, et aussi à Doubtful sound. Du 27 au 29 février 2016

Nous voilà arrivés à Te Anau (à prononcer « t’es à Naou » et pas « t’es à Nods »). Village très touristique encore une fois, mais cela ne devrait plus se dire car c’est juste normal en NZ. Il n’en est pas moins mignon et sa situation au bord du lac du même nom le rend vraiment agréable pour y séjourner quelques peu. C’est aussi le dernier village avant les Milfords sound.

Nous arrivons le samedi après-midi, puis après avoir établi nos quartiers dans un motorcamp du lieu, nous partons visiter le sanctuaire d’oiseaux, une petite volière du département de conservation de NZ. Le tour y est assez vite fait, en une trentaine de minutes. Le site est vraiment sympa et nous a permis de voir un nouvel oiseau néo-zélandais qui ne vole pas. Sa particularité par rapport aux autres, c’est qu’il avait été déclaré espèce éteinte dans les années 50 avant que de nouveaux spécimens ne soient découverts et ayant donné lieu à une mission de sauvetage pour développer sa population. Elle devrait être réintroduite sur une des îles du sound de Doubtful d’ici peu.

1 sanctuary bird (1)

1 sanctuary bird (3)

Dimanche, c’est une petite marche qui va nous occuper une partie de la journée. Le soleil étant annoncé le matin, nous partons avant de faire l’école et la ferons au retour. Objectif du jour, Moturau Hut (cabane de randonnée) au bord du lac Manapouri, faisant partie du Kepler Track. Ce que nous aimons, lorsque nous marchons, c’est la diversité et les changements de décors. Cette marche ne l’offre malheureusement pas. Pourtant, elle n’en a pas été mauvaise, au contraire. Du parking à la Hutte, il y a une partie qui longe la rivière et offre de beaux points de vue.

2 kepler track rivière (1)

2 kepler track rivière (3)

2 kepler track rivière (2)

Puis, un peu plus loin, en sortant à peine de la forêt, sur le ponton, un accès dégagé sur les marécages donne la possibilité de découvrir ce genre de lieu faisant panser au seigneur des anneaux, notamment lorsque les hobbits sont couverts d’eau jusqu’au coup en traversant justement un de marais.

3 marécages (2)

Ensuite, jusqu’à la hutte, le chemin est un peu monotone, bien que dans une superbe nature. Le vert est fort et la mousse prenant le dessus sur l’écorce des arbres donne un côté très féérique à tout cela.

4 foret kepler track (3)

Puis, l’arrivée à la hutte donne un véritable sens à la marche. Non que les décors soient époustouflants, mais simplement beaux et sauvages ; sauvages à l’image des Sandflies vous dévorant à peine arrivé sur les lieux. On finit par s’y faire vous savez !

5 Manapouri lake c (1)

5 Manapouri lake c (2)

Le tout nous aura pris 2h45 pour un peu plus de 13.5km. Nous sommes épatés par nous enfants qui marchent sans broncher, qui nous suivent sans dire mot, et qui parfois nous sèment même quand ils veulent être seuls, et c’est sans peine qu’ils le font. Ce qui nous surprend parfois le plus, c’est Amélie qui, elle, passe un bon tiers de sa marche à courir. Et oui, c’est petite jambes n’offrent pas le développement des nôtres, mais elle suit et ne dit presque rien, ou alors si elle dit quelque chose c’est : « là…. Ça va quand même un peu trop vite pour moi ! » ; puis elle continue de marcher. Nous sommes tellement fiers d’eux et reconnaissant de pouvoir marche ainsi sans devoir nous battre avec la mauvaise humeur de l’un ou de l’autre.

6 famille

Voici que nous arrivons à lundi, notre premier jour réellement à l’intérieur d’un fjord. Nous avons décidé de casser la tirelire et de faire la folie de nous rendre dans les Doubtful sound. Nous disons « la folie » car le tour vaut 4 fois le prix des Milfords, mais il dure aussi 4 fois plus long et le fjord est aussi 4 fois plus grand. Et écrivant cette article avec du recul, Doubtful n’est ni mieux, ni moins bien, mais bien une expérience totalement différente de celle de Milford.

Pour se rendre dans le Doubtful, tout commence à Manapouri (ou Te Ananu pour ceux qui y prennent le bus) et la première partie de la journée se fait en ferry, pour traverser le lac Manapouri. Le spectacle commence déjà ici.

7 Manapouri lake (1)

7 Manapouri lake (4)

7 Manapouri lake (3)

7 Manapouri lake (2)

Ensuite, un parcours d’une trentaine de minute vous fait traverser un col, 600 et quelques mètres au-dessus des fjords, et donnes quelques points de vue intéressants.

8 bus (1)

Et puis voilà, nous arrivons dans les fjords proprement dit. Le spectacle est magique, les décors totalement inhabituels. Ces pans de montagnes abruptes, passant de 0 à 1300m d’altitude en trois fois rien de retrait, donnant des inclinaisons à donner le tournis, c’est bien un type de paysage que nous n’avions encore jamais vu de nos propres yeux. Et la verdure présente dans le Doubtful sound est éclatant. De nombreuses chutes d’eau viennent agrémenter le paysage. Mais aujourd’hui, il n’y en a pas beaucoup. La plupart sont éphémères et n’apparaissent que lorsqu’il y a de la pluie et, dans ce cas, il y en a environ 20’000 sur ce seul fjord. Mais nous ne nous en plaignons pas, car si nous ne les voyons pas c’est que la météo est plutôt de notre côté aujourd’hui. Une aubaine, sachant qu’il pleut 200 jours par ans sur les fjords.

9 doubtful (1)

9 doubtful (9)

9 doubtful (8)

9 doubtful (4)

9 doubtful (3)

9 doubtful (2)

Arrivés au bout du fjord, nous rencontrons la mer de Tasman. Aujourd’hui, elle est particulièrement forte et de grosses vagues s’écrasent sur les rochers faisant office de remparts à l’entrée du Doubtful.

10 tasman sea (1)

Mais le moment fort de cette petite croisière arrivera sur le chemin du retour. Rentrant dans un bras du fjord et s’en allant jusqu’au fond, le capitaine demande à tous les passager de sortir sur les ponts, d’éteindre tout appareil électronique et de faire silence. Il coupe les moteurs, arrête les générateurs, stoppe les ventilateurs de la climatisation, et nous demande d’écouter, simplement…..

Le moment est vraiment fort, intense dans l’immensité qui nous entoure, encerclés par 4 gorges qui étaient autrefois des lits de super glaciers venants se jeter dans la mer salée.

11 gorges (4)

11 gorges (3)

La journée fut parfaite, et plus encore. La cerise sur le gâteau, ce sera la rencontre du jour. Avec nous sur le bateau, nous entendons deux messieur parler français, mais dans un accent connu. Marcel et Daniel voyagent avec leurs épouses Cora et Lorna. Marcel vient de Neuchâtel, notre région. Mais le plus surprenant, c’est que c’est une vieille connaissance de la famille. Il connait mon papa, et mes trois oncles. Ils sont du même village, Marin, et ont partagés de nombreux moments notamment avec le Hockey Club Marin. Faire ce tour en bateau avec eux quatre aura été fort sympathique, aura rendu la journée unique et ajoutera une nouvelle anecdote sur notre voyage.

12 ensemble

Demain, le programme devrait nous mener au Milford Sound.

 

 

4 réflexions sur “Te Anau, et aussi à Doubtful sound. Du 27 au 29 février 2016

  1. Comme d’habitude de superbes photos et un récit très attrayant. A bientôt pour de nouvelles aventures. Bises

    • Cool, c’est un très beau pays. Juste faire attention au budget mais sinon c’est vraiment chouette et facile a découvrir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s