En sac-à-dos pour la Malaisie. Du 26 au 30 Avril 2017

Pour nous rendre en Malaisie, c’est avec Emirates que nous volons. Le premier vol de Durban à Dubaï est plein et nous ne dormons pas beaucoup malgré les horaires de nuit. L’escale de Dubaï dure environ cinq heure et nous profitons de visiter un peu cet aéroport où l’on trouve plus de boutique de luxe que nulle part ailleurs. Nous y trouvons aussi une Porsche et une Jaguar à gagner…

Le vol de Dubaï à Kuala Lumpur est, lui, bien plus relaxant que le premier. Nous sommes dans un A380 d’une capacité de 500 places mais il n’a que 100 passagers à son bord. En plus, ils sont quasi tous amassés à l’étage, ce qui fait que nous avons l’arrière de l’avion juste pour nous. Nous prenons chacun notre rangé et dormons comme jamais dans un avion.

Bon, malgré cela, nous sommes raides à notre arrivée à Kuala Lumpur. Heureusement que tout se passe comme prévu ; notre taxi est à l’heure et sympathique, puis notre hôte Airbnb est super accueillante. Le logement est super et nous sommes vraiment ravis d’être ici.

Vendredi matin, le décalage horaire et l’arrivée tardive la veille font que nous nous réveillons tard, à 11h… du coup, autant dire qu’une belle partie de la journée s’en est allée. Le temps de prendre le petit déjeuner, de se préparer et voilà que nous partons alors qu’il est déjà 13h. Et à Kuala Lumpur, actuellement, les orages tropicaux font rage des 15-16h et ceci durant deux à trois heures. Nous en feront l’expérience devant les tours Petronas, et c’est impressionnant. Les éclaires se sont abattues sur les buildings environnant, quelques-unes sur les tours Petronas mêmes, alors que ous étions à l’extérieur. La résonnance des coups de tonnerre dans la ville, ricochant sur les immeubles, prend au ventre et nous fait vivre une expérience assez unique. Heureusement pour nous, avant que ne s’abatte les pluies torrentielles rendant impossible quelconque visite extérieur, nous avons pu prendre quelques clichés sympathiques.

Une des raisons qui nous poussé à venir en Asie n’est autre que la nourriture épicée, ses goûts uniques. Nous commençons notre plaisir dans le mall des tours Petronas, chez Madam Whuang. Le restaurant nous a été conseillé par notre hôte Airbnb. Nous nous régalons, du moins les adultes, car les enfants, eux, ont plus de peine.

5 Madam Whang

Nous découvrons encore un peu ce mall, allons dans le parc adjacent, puis retournons à l’appartement. Il faut dire que nous sommes encore décalés et fatigués du trajet. Nous sommes très heureux d’avoir un appartement confortable pour nous reposer quelques heures. Le soir, nous allons à nouveau manger, encore un régal, dans un restaurant proche d’où nous sommes.

Samedi matin, 29 avril, c’est l’anniversaire de Jimmy et comme il avait déjà eu droit à sa journée « roi » en Afrique du Sud, aujourd’hui sera une journée plus modeste. Elle commence tout de même avec un sacré petit déjeuner comme nous en avons rarement eu. Nous avons, juste à côté de notre appartement, une boulangerie, une vraie, où nous craquons pour des croissants, pain au chocolat et baguette. On se régale, un pur plaisir.

7 ptit déj

Puis aujourd’hui, nous avons planifié de nous rendre au PetroSains, une sorte de musée des sciences interactif dirigé spécialement vers les enfants. D’ailleurs, les nôtres auront beaucoup de plaisir. Les jeux ne sont pas toujours entiers, la qualité didactique de la partie apprentissage n’est pas des meilleures, mais les loulous s’amusent beaucoup. Nous étions venus dans l’espoir qu’ils en apprennent un peu plus sur le pétrole, les énergies, mais ça n’est pas du tout le cas. Par contre, et cela est peut-être le gros point positif, comme c’est la journée d’anniversaire de Jimmy on espérait qu’il ait du fun et ils en ont eu.

On avait dans l’idée de faire quelques visites encore dans la ville. Mais les quatre heures passées dans le musée ainsi que le repas du midi dans le mall font que nous sortons pile au moment où la pluie diluvienne s’abat sur Kuala Lumpur. Nous avons même de la peine à nous rendre à l’arrêt de bus tant la pluie est forte. Alors on patiente à l’abri en attendant une accalmie et prenons le bus entre deux grosses averses.

Et c’est finalement tant mieux. Nous sommes vraiment perturbé par ce décalage horaire et apprécions une soirée dans l’appartement ainsi qu’un souper baguette fromage tomate, en gros les trois choses qu’il nous reste dans le frigo. Nous nous couchons un peu plus tôt ce soir histoire d’essayer de prendre le rythme, mais que nenni. Les yeux ne se ferment avant minuit, même une heure du matin pour Claire. Peu importe, nous ne pouvons pas faire une grâce matinée tous les jours, alors nous mettons le réveil pour 8h (oui je sais, certain dirait que c’est déjà une grâce matinée)… car nous souhaitons visiter aujourd’hui les Batu Caves. Située au Nord de la ville, ces grottes sont utilisées comme lieu de culte pour les Indous. Pour y arriver, nous nous déplaçons en train avec nos sac-à-dos sur les épaules jusqu’à la station de train de KL Sentral. Et depuis, nous reprenons le train après avoir soigneusement déposé nos affaire dans une consigne et arrivons quarante minutes plus tard sur place. L’ensemble des trajets est un poil long en comparaison au Taxi, mais quand celui-ci vous demande 80 Ringgit aller-retour (20.-) alors que nous en payons 40 depuis notre appartement et retour au KL Sentral (10.-), la question ne se pose pas trop !

Et les Batu Caves en valent le détour. Sans que cela ne soit d’une beauté exceptionnelle ou que l’énergie du lieu soit spécialement spéciale, le coup d’œil est agréable et l’ambiance est bon-enfant. Les gens sont souriants, heureux d’être ici, et le bonheur étant quelque chose de contagieux, nous nous sentons bien également. Il y a plusieurs temples sur place, mais pour atteindre celui de la grotte supérieur il faut tout de même gravir 271 marches d’un seul trait, puis encore une série de 40 marches environ après en avoir descendu une vingtaine. Cela nous mène donc à un total d’environ 670 marches avec la Dark Cave. Et sous la chaleur malaisienne, autant vous dire que ce n’est pas des plus faciles. Nous passons un très bon moment ici autour et redescendons car notre estomac réclame son bien.

Nous trouvons potence dans un végétarien indien où nous rencontrons un couple Indou qui vient ici une fois par mois. Ils connaissent l’endroit par cœur et nous conseillent quelques plats à commander. Nous allons nous régaler, enfin presque tous, car Soraya va surtout manger son riz tant son plat est fort pour elle. Et à tout dire, c’est vrai que c’est bien épicé, au point de lui tirer les larmes aux yeux.

Juste avant de reprendre le train en sens inverse, nous terminons notre visite par un petit tour vers la déesse bleu des chats…. Non je plaisante, je ne sais comment ils la nomment mais son visage et sa couleur donnent de la facilité à plaisanter.

Nous retournons sur KL Sentral et commandons un Taxi Uber. Vous savez, cette compagnie de transport inofficielle qui fait mal aux vrais taxis. Et bien nous ne nous sommes pas gêné de l’utiliser ici car encore une fois le transfert jusqu’à l’hôtel à proximité de l’aéroport coûtant 120 Ringgit (30.-) nous en coutera 46 avec Uber (12.-). En plus, notre chauffeur est extra, nous fait un ou deux détours pour nous montrer quelques lieux de la ville et sans surcharge, puis il nous donne quelques conseils pour notre prochaine visite ici.

Nous dormons dans un hôtel totalement pourri proche de l’aéroport mais pour un prix de malade. C’est ce que j’avais trouvé de plus abordable dans le coin et les photos montraient une chambre agréable. C’est en fait le cas, la chambre est belle, mais malheureusement l’isolation phonique est catastrophique. Nous entendons la route principale comme si nous dormions dessus, les voisins comme si nous les avions dans notre lit et la climatisation de l’hôtel crée un bourdonnement qui résonne dans toute la chambre… Donc notre nuit ne sera pas des plus reposantes avant de prendre l’avion pour Kota Baru demain matin.

Notre premier passage à Kuala Lumpur est terminé et l’envie de revenir pour la connaitre un peu mieux est bien présente…

2 réflexions sur “En sac-à-dos pour la Malaisie. Du 26 au 30 Avril 2017

  1. Bonjour à tous les 5 😃
    Nous voyons que la découverte continue pour vous ! Nous vous suivons toujours, irrégulièrement et pas toujours dans l’ordre chronologique… La Malaisie attire notre attention : nous y sommes allés en 1992 avec nos 2 enfants. Kuala Lumpur, Batu Caves, les pluies diluviennes le soir. Les Tours Petronas n’étaient pas encore sorties de terre !! Nous avions vu des installations pétrolières sur la côte Est. La population était super gentille et souriante. Bref que des beaux souvenirs.
    Nous gardons aussi un bon souvenir de votre famille voyageuse et nous sommes admiratifs de voir que vous allez avoir réalisé votre rêve…
    Bises amicales à tous les 5
    Josiane et Dominique

    • Coucou les amis

      Merci pour votre message. Je pense que vous seriez surpris du changement mais les malais restent des personnes souriantes et agréables.
      Je suis à la recherche de votre contact que notre et trouve plus (email) car nous revenons en Europe et essayons de revoient les voyageurs rencontrés sur la route. Alors si tu à à mon email, peux-tu m’écrire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s