Une rencontre Nomade et de l’émotion au retour en Suisse. Du 12 au 14 juin 2017

 

Pour rejoindre notre prochaine destination, Lyon, nous décidons cette fois-ci de prendre les autoroutes à péages, car les 48 km/h de moyenne depuis que nous sommes en France allongent passablement le temps des trajets. Et puis, c’est la dernière ligne droite avant le retour en Suisse, et on commence à se dire qu’on y mettrait bien les pieds depuis le temps qu’on y tourne autour. Mais les distances sont quand même importantes et ce n’est pas en quittant Bergerac à 17h qu’on risque de faire beaucoup d’avance aujourd’hui. Nous sortons de l’autoroute pour nous trouver un bivouac et allons dénicher un petit endroit tout sympa dans la forêt, juste ce qu’il faut pour passer une bonne nuit.

Le lendemain matin, nous reprenons la route pour réaliser quelques 350km jusqu’à Lyon, pour y rejoindre les Nomades d’un jour. Vous en rappelez-vous ? Sandra, Thomas et Charlie sont des voyageurs contemporains, ils sont partis en même temps que nous, arrivant aussi à Halifax en juillet 2014. Nous les avions rencontrés une première fois lors d’un rassemblement de voyageurs dans le jura français en juin de la même année. Puis, par le plus grand des hasards, sans concertation aucune, nous nous étions tombé dessus dans le camping de Norris au centre du parc Yellowstone. Eux, comme nous, avaient changé leur plan de route de manière assez radicale et ce sont nos choix qui nous ont menés ici, une des premières expériences qui nous montrait que le lâcher prise, être à l’écoute de nos envies et de nos ressentis allait nous mener vers des rencontres aussi belles qu’inattendue.

Du coup, nous avons passé pas mal de temps ensemble, notamment dans le parc de Yellowstone même, où nous feront des marches et quelques découvertes sympathique, dont ces traces super fraiche d’un grizzli énorme qui se trouvaient dans un étroit couloir sans issue… un plaisir de ne pas l’avoir croisé pour de vrai. Après nous être quittés au Parc Yellowstone, nous avions pris la direction de Crater Lake, et à nouveau sans rien planifier, nous nous étions réveillés un matin avec leur véhicule à côté de nous. Nous avions donc ensuite roulé jusqu’à Crater Lake ensemble, fait une marche autour du lac, puis rejoints le Diamond Lake pour une soirée grillade comme cela s’est fait sans cesse aux USA. En se quittant à cette endroit, on pensait ne plus se croiser. C’était à nouveau sans compter sur le hasard qui aura fait que nos chemins se seront croisés une dernière fois sur les routes du monde à San Francisco.

Voici donc pour la partie présentation, ou re-présentation, d’une famille que nous avons tellement aimé voir en voyage et ensuite revoir en Europe, puisque les Nomades d’un Jour étaient venus en Suisse lors de notre rapatriement l’année dernière, ils nous avaient fait un somptueux cadeau par ce déplacement jusqu’à Neuch. Alors comme ils se trouvent en plus sur le chemin de la maison, il aurait été trop bête de ne pas les voir et c’est donc mardi soir que nous arrivons chez eux. Et c’est absolument incoryable. Dites-moi combien de personnes vous connaissez, depuis à peine 10 jours, et avec qui vous êtes si fraternelles, proches comme si vous vous connaissiez depuis toujours, partageant tout sur votre vie comme si ils étaient vos confidents. Car au final, c’est à peu près 10 jours, voire 2 semaines, que nous avons partagé avec Sandra, Thomas et Charlie. Mais les retrouvailles sont identiques à de vieux amis qui ne se sont pas vus depuis des mois. Et cela ne touche pas que les parents. Charlie et nos enfants se retrouvent également comme de vieux potes, comme cela s’était passé avec les Castagna ou les belges. Cette constante nous habite presque tous, les voyageurs, cette relation forte qui s’installe dès les premiers instants.

C’est donc avec un plaisir immense que nous sommes là, en compagnie de ces trois amis géniaux. Le temps est malheureusement court, puisque Sandra travaille, que Charlie à l’école… mais nous avons tout de même le temps pour un souper sur leur balcon, à l’air, et heureusement vu la chaleur de ces jours. Et comme Sandra et en repos mercredi matin, nous avons encore l’occasion de déjeuner ensemble.

Une chose agréable à savoir en partant de d’ici, c’est qu’il n’y a que trois heures de routes qui nous séparent, il sera donc aisé de se revoir. Nous repartons en fin de matinée, heureux de cette rencontre, et nous dirigeons vers la frontière Suisse de Genève. Merci les Nomades pour cet accueil chaleureux, à votre image bien sûr !

A mi-chemin entre Lyon et Genève, nous commençons à sentir l’air de chez nous, des paysages qui ressemble de plus en plus à ceux que nous connaissons. L’excitation monte, l’envie de voir la douane augmente. Nous y sommes presque, plus que quelques kilomètres, les derniers avant de boucler la boucle, de remettre les roues de Rhino sur territoire Suisse pour la première fois depuis trois ans, le ramener chez lui où il pourra être choyé par Daniel Babst et Nick, qui s’était occupé de lui avant le départ et durant le voyage par téléphone… Nous ne sommes plus qu’à quelques kilomètres de ce moment que temps de gens redoute, le retour, mais qui pourtant nous réjouis tant. Nous ne sommes plus qu’à quelques kilomètres de mener à terme ce projet totalement fou, paraissant si irréaliste, de tour du monde sur 3 ans, 6 continents, 33 pays. Voilà que nous y sommes, que Rhino, toujours aussi fiable et fidèle, nous amène jusqu’à la porte de chez nous, là où le drapeau Suisse flotte fièrement dans les airs, nous voici de retour en Suisse !

4 douane

Mais la première chose à faire en arrivant sur nos routes, c’est l’achat de la vignette autoroutière. Et oui, chez nous c’est ainsi… pas de péages, mais ce n’est pas gratuit non plus, sans que l’on puisse dire qu’elle soit chère non plus. 40 francs, voilà ce que coûte 365 jours d’autoroute chez nous, une somme ridicule lorsque l’on vient de sortir 100 Euros pour faire Bergerac-Genève ! C’est donc avec un immense plaisir que nous collons la vignette sur le parebrise.

5 vignette

Nous remontons contre le Nord en longeant le lac Leman puis tirons vers l’Est en direction de Vevey, toujours en compagnie du plan d’eau sur notre droite. La vue est magique, splendide, la région du Lavaux n’est pas au patrimoine mondial pour rien et un arrêt sur l’aire d’autoroute du même nom nous permet de retrouver certains goûts comme le Rivella, les chips Paprika Zweifel ou encore les Kägifret (je réalise que Word me souligne chacun de ces noms, c’est donc que ces produits sont bien Suisses) ! C’est aussi le moment pour moi de lâcher de grosses larmes, laissant monter une émotion d’achèvement, un sentiment de réussite mélangée aux souvenirs. Il n’y a pas de tristesse, aucunement, mais plutôt une prise de conscience d’un parcours incroyable, d’une aventure de pure folie. Aussi, un sentiment de fierté d’avoir mené au bout de projet qui a pourtant pris quelques fois du plomb dans l’aile, avec quelques coup de mou et surtout cette opération du dos qui aurait pu tout mettre à l’eau, mais nous avons parfois serré les dents pour aller vers du mieux et arriver sur cette aire d’autoroute sans réel intérêt mais qui, depuis aujourd’hui, aura cette aspect si spécial d’avoir accueilli la première montée d’émotion !

Bon, ce n’est pas tout mais nous avons encore une visite à faire aujourd’hui. Ce soir nous retrouvons Nirina et Christophe. Niri, c’est l’amie adorée de Claire. Elles ont partagé leurs années de formation d’Educatrice sociale et sont inséparables depuis. Nous sommes donc accueilli chez eux pour le souper, une retrouvaille un peu spéciale puisque Nirina est enceinte et que c’est la première fois que nous la voyons avec son ventre rond. C’est une petite soirée retrouvaille que nous passons. C’est un peu dur pour moi d’en dire plus car je n’étais que moyennement présent dans ce moment, et je m’en excuse envers nos hôtes. C’est que j’ai lancé sans réfléchir une demande de job sur Facebook hier, en pensant juste tâter le terrain pour notre retour, et voici que je me retrouve avec un tas de mails auxquels il me faut répondre, un CV à refaire en urgence puisque je n’ai plus rien, et des certificats de travail que je n’ai pas demandé avant de partir à obtenir. Mais Claire retrouve son amie et passe une adorable soirée, et c’est là le plus important. Nous dormirons ce soir sur un parking du village et reprendrons la route demain matin pour faire la surprise à notre famille puisqu’ils nous attendent pour samedi seulement !

 

2 réflexions sur “Une rencontre Nomade et de l’émotion au retour en Suisse. Du 12 au 14 juin 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s