Cusco et quelque site incas. Du 9 au 15 septembre 2015

Voilà, voilà ! Deux longues journées de route nous occupent entre Nasca et Cusco… la route est belle mais le côté hyper sinueux de la route me fait plus pensé à un tracé fait pour les motos que pour notre Rhino ! S’il n’y a rien de spécial à dire sur celle-ci, quelques photos sont nécessairement partagées.

1 route (1)

En arrivant à Cusco, nous faisons l’erreur typique des camping-cars et nous retrouvons coincés dans une rue sans issue, qui se termine par un escalier !

2 escalier

Notre premier passage à Cusco ne sera pas teinté que de bons souvenirs. En réalité, nous n’aurons que peu visité la ville en 3 jours sur place. En arrivant, jeudi, Claire ne se sent pas très bien. Elle a attrapé une bactérie intestinale et une fièvre à 38,7°. Durant la nuit, Claire me réveille en passant par-dessus moi dans la capucine. Quelques minutes plus tard, j’entends un : « Chouchoouuuuuu » qui s’échappait et s’éloignait. Je saute du lit et ouvre la porte de la salle-de-bains, juste à temps pour rattraper mon épouse qui partait tête la première dans la douche. Je la relève et l’assois sur les toilettes, elle est inconsciente, les yeux ouverts, et elle convulse de tout son corps… je lui crie dessus pour essayer de la faire revenir mais rien n’y fait. Je la porte, sa tête et ses bras pendant en arrière, et la couche sur le sol de Rhino tout en appelant mon papa, qui dormait (quel sommeil), pour qu’il se réveil et soit prêt à m’aider en cas de besoin. Je lève les jambes de Claire et lui crie à nouveau dessus ; là elle reprend connaissance. Ce fut quelques secondes qui me parurent interminables ! Nous ne savons pas ce qui s’est passé mais imaginons une chute de pression, une déshydratation et un manque d’énergie. Il me faudra deux heures pour me rendormir. Mais avant cela, il a fallu en parler avec les enfants qui avaient vu et/ou entendu la scène. Amélie n’a pas su trouver de mots, mais je lui en ai donné. Jimmy, lui, nous a dit avoir eu tellement peur qu’il s’est mis les mains sur les oreilles et n’a pas osé regarder. Soraya, quant à elle, elle a tout observé et nous a dit avoir été très impressionnée de voir comment maman semblait un pantin inanimé lorsque je la portais pour la sortir de la salle-de-bain.

Le matin suivant, vendredi, Claire semble allée bien. Si elle n’est pas pour autant guérie, elle a retrouvé des forces mais elle restera toute la journée à Rhino. Pendant ce temps, nous descendons, mon papa, les enfants et moi pour visiter Cusco. La ville est vraiment très belle et les constructions splendides, pour ce que nous aurons vu. L’évolution en chaise roulante dans la ville n’est pas des plus aisée, mais tout de même abordable, surtout que mon papa peut se lever et faire quelques marches d’escalier au besoin. Nous passerons un agréable après-midi père/fils en contemplant l’architecture de la ville.

3 cusco (1) 3 cusco (6) 3 cusco (5) 3 cusco (2)

Sur les trois jours passés ici, nous ne ferons pas grand-chose de plus, car Claire est toujours malade (nous irons voir un médecin quand même), de plus Jimmy et moi-même ressentirons de fortes crampes d’estomac.

Nous repartons du camping Quinta Lala, un lieu plutôt bien organisé (à défaut d’être très joli), le lundi 14.

Juste à côté de là, se trouve la forteresse des SexyWoman, euuuhhh… Sacsayhuaman ! Mais je trouve la première version bien plus simple à retenir (Merci Marc). Cette construction qui domine la ville de Cusco est juste hallucinante par la taille de ses pierres taillées. D’un poids moyen d’environ 100to, la plus grande, de 3,6m de haut, pèse près de 360to. Toutes celle-ci ont été tirées par des centaines d’homme en les faisant rouler sur des rondins de bois. Sa construction nécessitera 60 années et la présence de 25 à 30’000 hommes.

4 sexwoman (1)  4 sexwoman (4) 4 sexwoman (3)

A l’arrière du site, une superbe vue plongeante sur la ville de Cusco est à ne pas manquer. Une vue imprenable sur la plaza de armas vous y tiendra quelques minutes à observer ce lieux.

5 cusco den haut (1) 5 cusco den haut (2)

Nous repartons en fin de matinée pour rejoindre Chinchero. Ici, nous y visitons l’église. Nous ne nous serons pas tant intéressés à son histoire mais aurons plutôt profité de la beauté du lieu. Son église est très belle ainsi que sa coure et ses alentours. Les ruelles de la ville sont aussi à découvrir lors d’une petite balade.

6 chinchero (3) 6 chinchero (6)

Nos visites avant le Machu Picchu se terminent par Ollataytambo. Cette forteresse Inca surplombe la ville et est déjà bien visible sans rentrer sur le site. Malheureusement, à l’intérieur, c’est une véritable usine à touristes, et le site étant plus petit que le Machu Picchu, il est difficile de faire des photos sans personne dessus, surtout l’après-midi !

7 olla (2)

Toutefois, le site comporte plusieurs recoins à visiter et ceux-ci sont quasi oubliés des tour-opérateurs qui ne semblent pas disposer du temps nécessaire à la visite de l’ensemble du site, et tant mieux ! Il y a les fontaines, quasi dépourvues de visiteurs et l’arrière de l’entrée, là où y coule un beau petit ruisseau, de jolis petits coins bucoliques.

8 recoins (4) 8 recoins (7) 8 recoins (5)

Pour le moment, toutes ces visites nous en mettent plein les yeux ! Nous nous réjouissons de continuer, demain, avec le Machu Picchu, dont un article seul sera nécessaire pour expliquer l’aventure !

 

De Lima à Nazca avec Grand-Papa. Du 3 au 9 septembre 2015

Voici le jour-J, celui où nous accueillons mon papa après 13 mois de voyages ! Nous partons tôt de Punta Hermosa pour tourner dans Lima et trouver un hôtel avec grand stationnement pour notre Rhino, mission impossible ! Nous trouverons quelque chose qui fit l’affaire (sans correspondre entièrement) à l’hôtel El Faro, dans le Miraflores. C’est ici que nous passerons notre soirée de retrouvaille, à déballer les chocolats et les fromages !

1 lima (1)

Nous partons, le lendemain, pour la réserve de Paracas. Après une bonne route, nous réservons un tour en bateau pour las Islas Ballestas. Nous savions qu’il serait possible de voir de nombreux animaux dont des oiseaux, mais je n’aurais jamais pensé voir des iles tant recouvertes !

Nous faisons ce tour le samedi, avec un départ tôt le matin, il parait que c’est mieux pour voir les animaux. Nous commençons par un arrêt sur le candélabre, formation de type « lignes de Nasca », cette figure est impressionnant par sa grandeur et la profondeur de la gravure, d’environ un mètre.

3 man et ot (2) 3 man et ot (1)2 candelabre

Nous enchainons avec les iles Ballestas. Et là, le show commence ! En gros, il n’y a pas 10 milles espèces. Il y a quelques manchots, pas mal d’otaries, mais surtout des dizaines de milliers d’oiseaux.

3 man et ot (3) 3 man et ot (4)

Il y en a une telle quantité que lorsqu’ils partent en mer chasser, cela crée une file d’oiseau de plusieurs centaines de mètres…

4 ligne

Et que dire des iles, dont le sol ne se voit presque plus tant il en est recouvert. Aussi, quelques constructions présentes mais quasi à l’abandon donnent une image presque effrayante, de type film d’horreur. Ces infrastructures sont utilisées tous les 7ans, quand les locaux viennent récolter les fientes afin d’en faire de l’engrais.

5 iles et pont (10) 5 iles et pont (5) 5 iles et pont (4) 5 iles et pont (3) 5 iles et pont (2)

Enfin, un fait plutôt surprenant et inhabituel, nous avons pu voir du cril en une telle quantité que la surface de l’eau devenait rouge !

6 cril (1) 6 cril (2)

La même journée, l’après-midi, nous faisons la visite de la partie désertique de la réserve, offrant des vues incroyable sur les dunes, les falaises et les plages. Le décor est à couper le souffle et mon papa est enchanté par ces découvertes d’un nouveau genre pour lui !

7 paracas (1) 7 paracas (6) 7 paracas (3) 7 paracas (2)

Le bivouac se fait à côté de Playa Roja, un lieu bien connu des voyageurs.

8 paracas (2) 9 bivouac 8 playa roja 8 paracas (3)

Le dimanche, nous enchainons avec une excursion sur l’oasis de Huacachina et ses dunes de sables monstrueuses ! Ici, l’activité principale est une sortie en buggy sur les dunes de sable, puis quelques descentes en sandboard. L’oasis elle-même ne vaut pas le coup, car toutes les constructions et les ruelles sont sales et non accueillante, mais cela est une constante ici au Pérou dont la saleté commence à me dégouter au plus haut point et mon avis sur les péruviens à ce sujet-là est fait… bien dommage car en termes d’accueil, l’attitude péruvienne est chaleureuse.

Bref, nous réalisons le tour en buggy et en prenons plein les yeux, tant par les paysages de sable que les sensations fortes du manège que l’on vit tel des montagnes russes.

10 huacachina (1)

10 huacachina (3)

10 huacachina (5)

10 huacachina (7)

10 huacachina (8)

10 huacachina (10)

10 huacachina (12)

10 huacachina (13)

Puis, ne souhaitant pas rester dans ce village répugnant, nous décidons de nous rendre à Nasca. Ici, nous passerons deux journées et ferons deux visites impressionnantes. La première, ce sera le survol des lignes de Nasca. Honnêtement, on nous avait dit que cela ne valait pas forcément la dépense. En bien nous, nous sommes absolument enchantés de l’avoir fait car il nous semble que cela est le seul moyen de se rendre compte de l’ampleur de ces lignes, vielles de 1500 à 1700ans. La civilisation Nasca nous a légué des constructions d’une ampleur extraordinaire et d’une précision hallucinante avec les moyens de l’époque.

11 Nasca (2)

11 Nasca (3)

11 Nasca (5)

11 Nasca (8)

11 Nasca (10)

11 Nasca (11)

Dans la région de Nasca, à 27km de là, se trouve le site archéologique de Chauchilla. Sur celui-ci, se trouve une série de momies incroyablement conservées dont l’observation peut franchement être retournante… Les douze tombes que l’on peut visités sont d’infimes restes d’un immense ensemble de tombe dont le site faisait 1 km2. Malheureusement, avant d’être placé sous protection, le site fut quasi entièrement pillé et seules ces 12 tombes ont pu être sauvées.

12 momies (1)

12 momies (3)

12 momies (6)

12 momies (7)

Ce fut notre dernière visite sur le plateau désertique du Pérou et débutons l’ascension vers Cusco le mercredi 9 septembre…. pour deux très longues journées de route !

Avant l’arrivée de Grand-Papa ! Du 29 au 3 septembre 2015

Vraiment, le Pérou, c’est des routes atroces ! Si l’on reste sur les principales, pas de soucis, mais dès que l’on s’en va de là, c’est de la dirt road… Donc en partant de Chavin, c’est de nouveau 30km pour 1h et quelques de mauvaise route… grrrrr !

Puis c’est la traversée de la Callejon, une route qui traverse la cordillère blanche et qui est spectaculaire de par son panorama entre la Laguna Conococha et Huaraz. Nous prendrons un plaisir immense à la traversée par beau temps.

1 callejon (1) 1 callejon (2) 1 callejon (3) 1 callejon (4) 1 callejon (5) 1 callejon (6) 1 callejon (7) 1 callejon (8) 1 callejon (9) 1 callejon (10)

Nous pensions nous arrêter dans le coin de Conococha pour passer une dernière nuit dans la cordillère mais n’avons rien trouvé d’intéressant ici, alors nous sommes partis et avons dit au revoir aux montagnes blanches pour quelques semaines ! Après une nuit au bord d’une place de jeu d’un petit village, nous avons continué jusqu’à la réserve de Lachay, une oasis dans le désert péruvien. Par un effet de condensation, une couche de nuage (brouillard) reste formée en quasi permanence au-dessus de cette région. Le contraste est absolument ahurissant ! Nous passons d’un blanc-gris sec et poussiéreux à un vert éclatant et intense comme rarement observé ces derniers temps !

1 contraset

Nous pensions venir ici pour vider entièrement Rhino afin de trier et supprimer les charges inutiles mais nous avons dû y renoncer… la présence de milliers de mouches nous démotive totalement dans cette entreprise impliquant l’ouverture des portes et compartiments de notre maison !

Nous allons donc traverser Lima, pas la force des choses et finir par tomber absolument par hasard à Punta Hermosa. Station balnéaire connue pour ses compétitions de surf, elle est totalement vide au mois de septembre, basse saison ici au Pérou pour la côte. Nous allons enfin pouvoir réaliser notre tri en attendant mon Papa et passerons encore deux jours en compagnie de Marc et France qui, tout comme nous, sont arrivés ici par le plus grand des hasards !

Finalement, ce fut quelques jours précédant la venue du grand-père que nous aurons pris avec beaucoup de tranquillité et, au final, pas grand-chose de plus à en dire… mais ne vous inquiétés pas, avec les sites qui arriverons prochainement, nous allons avoir plein de choses à dire !